Le programme du FMI fait partie des objectifs  du gouvernement de la RDC, affirme le ministre des Finances

0
304

Kinshasa, 25 juillet 2021(ACP).- Le programme du Fonds Monétaire international (FMI) fait partie des objectifs du gouvernement de la RDC, a affirmé le ministre des Finances Nicolas Kazadi Kadima-Nzuji, dans une interview qu’il a accordée vendredi dernier, à une chaine de radio internationale.

Selon Nicolas Kazadi, ce programme est crucial pour les réformes entamées en RDC, parce que les éléments que touche le programme du FMI sont déjà ceux qui étaient prévus dans le programme du gouvernement avant que nous entrions en discussions avec le programme du FMI.

Pour lui, la RDC a besoin de l’accompagnement du FMI.

« Nous voulons que le FMI, comme un auditeur, vienne attester des efforts que nous fournissons pour améliorer la situation macroéconomique et ouvrir la voie à plus d’investissements, à une meilleure répartition des revenus et à un progrès économique et social », a-t-il dit.

La restructuration de la BCC, un processus continu…

Parlant des réformes, il a fait savoir que la Banque centrale du Congo (BCC) a un gros effort dans sa restructuration qui est un processus continu et qui a commencé depuis longtemps. Elle a une nouvelle équipe à sa tête qui va continuer de le faire et qui vient avec un mandat très clair.

«Elle doit maîtriser ses coûts. Sur le plan de la politique monétaire, elle doit continuer l’effort de dédollarisation de l’économie, ce qui suppose un effort de maintien de la stabilité. Elle doit accompagner la politique du gouvernement dans la lutte contre le blanchiment d’argent, le financement du terrorisme, la manipulation excessive d’espèces, y compris en monnaie étrangère», a-t-il dit.

D’après Nicolas Kazadi, la BCC a énormément de choses à faire.

«L’accès au crédit doit être renforcé, il faut améliorer l’inclusion bancaire. Pour ce qui est du crédit, il est temps qu’on renforce l’information sur le crédit, c’est-à-dire la centrale des risques, pour que les banques aient plus de facilités à en octroyer aux entreprises et aux particuliers », a-t-il souligné.

A propos des mauvaises pratiques observées notamment la création de sous-comptes et d’autres scandales…, Nicolas Kazadi a fait savoir que la nouvelle équipe dirigeante de la BCC a reçu  mandat notamment d’améliorer  la situation, de renforcer la transparence sur l’utilisation d’espèces dans le pays, de s’éloigner des mauvaises pratiques.

Renforcement de la transparence dans la gestion du secteur minier

A propos de la transparence dans la gestion du secteur minier , qui est également dans le programme avec le FMI, la ministre des Finances a indiqué qu’il est prévu dans le programme d’auditer la GECAMINES.

Selon lui, la SICOMINES, la joint-venture avec des entreprises chinoises, seront également auditées.

«Nous devons mettre au clair la situation comptable et financière de ces grands projets qui sont importants pour nous. Et nous sommes dans une relation avec la partie chinoise de transparence, d’amélioration de la transparence et de l’efficacité dans ce projet SICOMINES», a-t-il soutenu, ajoutant : «Mais très clairement, nous sommes engagés dans un processus de rectification des fameux contrats chinois. Nous avons une feuille de route très claire là-dessus et nous allons corriger toutes les erreurs du passé».

La RDC fait des provisions pour le financement du prochain cycle électoral

La RDC constitue des provisions pour le financement du prochain cycle électoral, a affirmé  le ministre des Finances Nicolas Kazadi.

« Comme nous nous y sommes engagés, le Premier ministre a été très clair dans son discours d’investiture, il a annoncé que nous allons faire des provisions année après année pour pouvoir financer les élections en toute sérénité. Nous avons déjà commencé et au moment où nous parlons, nous avons des provisions constituées », a indiqué Nicolas Kazadi, ajoutant qu’ils sont ouverts aux appuis des partenaires.

Pour cette année, a-t-il précisé, l’opinion sera informée des allocations au moment de la publication du collectif budgétaire.

«Ce qui va, j’espère, coïncider avec le début du fonctionnement de la nouvelle Commission électorale nationale indépendante (CENI). Et donc, nous sommes dans le bon de ce point de vue là», a-t-il souligné.

Afin d’éviter des difficultés rencontrées dans les précédents cycles électoraux, le ministre Nicolas Kazadi a promis de renforcer la qualité et l’efficience des dépenses pour la CENI comme ils le font pour les autres secteurs. ACP/CL/Fmb