Vers la prise en charge des enseignants nouvelles unités à l’EPST

0
2502

Kinshasa, 25 juillet 2023 (ACP).- Les participants à l’atelier sur l’état des lieux des provinces du secteur de l’enseignement primaire, secondaire et technique (EPST) ont exprimé, vendredi, dans leurs recommandations, la nécessité de prendre en charge les enseignants nouvelles unités, en vue d’améliorer la qualité de l’enseignement en RDC, à la clôture dudit atelier à Sultani Hôtel dans la commune de la Gombe à Kinshasa.

Les recommandations formulées par les ministres provinciaux et les experts ayant pris par à ces assises ont été lues par la ministre provinciale de l’Education et Initiation aux NTIC du Nord-Kivu, Prisca Kamala.

Les participants ont sollicité, en outre, de prendre des arrêtés de modification des structures des écoles, afin de prendre en charge les classes nouvellement créées, de réhabiliter et construire les nouvelles infrastructures scolaires, de subventionner les épreuves de TENAFEP et de payer les redevances de 2020, afin de ne pas compromettre l’organisation du TENAFEP 2021, ainsi que la production et la distribution des bulletins.

L’agrément et la mécanisation de nouvelles écoles opérationnelles, la bonne communication sur la gratuité, les contacts entre le ministère national et les provinces, le rajeunissement du personnel (la mise à la retraite du personnel éligible) et l’obligation pour chaque province d’élaborer un plan provincial de recyclage de tous les enseignants, figurent également parmi les vœux exprimés par les participants.

Ils ont aussi émis le souhait d’améliorer le traitement des inspecteurs et des enseignants, de créer des écoles mobiles pour les déplacés, dans les zones où sévit l’insécurité; de former et encadrer les inspecteurs et les enseignants, pour une prise en charge psycho-sociale adéquate des élèves des zones où sévit l’insécurité; de majorer les frais de fonctionnement des écoles et des bureaux gestionnaires; de dépolitiser la nomination des cadres à l’EPST, de bancariser tous les enseignants et de rapprocher les lieux de paie des écoles.

A ces recommandations s’ajoutent également celles de veiller sur le travail de l’inspection et du SECOPE afin d’éviter le monnayage de leurs services ; limiter au strict minimum la création des provinces éducationnelles et des bureaux gestionnaires ; appliquer la politique de non originaires pour la désignation des responsables provinciaux de l’EPST ; inciter les provinces aux efforts de consolidation et pérennisation de la gratuité de l’enseignement primaire, par l’ouverture d’une ligne budgétaire dans les budgets provinciaux, construire de nouvelles salles de classes avec des matériaux locaux et à moindres coûts. ACP/CL/Fmb