La Présidente AIFA/RDC préoccupée par la vie professionnelle  des femmes

0
243

Kinshasa, 29 juillet 2021 (ACP).- La présidente/RDC de l’Alliance internationale des femmes avocates(AIFA), Me Joël Kona MatadiWamba, a soutenu, au cours d’un entretien mercredi avec la presse, que pour  réussir dans leur vie professionnelle, les femmes doivent se mettre en avant et passer plus de temps  à communiquer et à développer leur réseau. « Le président est en train d’inciter  les femmes  à se mettre en avant , à sortir du lot et à prendre le même risque que les hommes  sur la scène publique, dans les institutions politiques ou comme mandataires », a dit Me Kona, satisfaite de la dernière déclaration du Chef de l’Etat Félix Tshisekedi souhaitant que  son successeur soit une femme.

Me Joël Kona, citant la Banque mondiale, a ajouté que le taux élevé de pauvreté dans le monde se justifie par l’absence des femmes comme actrices  du développement, celles-ci ne travaillant pas ou  travaillant à peine. « Quand la femme prend le devant, la société se développe. Il y a un rapport qui donne plusieurs raisons pour lesquelles les femmes sont sous-employées dans le milieu du travail,  et la conséquence est qu’il y a un fort taux de pauvreté. Si notre pays est parmi les plus pauvres, c’est à cause de ce fait là »,  a-t-elle fait savoir. La présidente/RDC de l’AIFA est néanmoins contente des avancées significatives, quant à la représentativité de la femme  vécue actuellement, grâce à la   Vision du Chef d’Etat qui, insiste-t-elle, veut mettre la femme en avant plan, et  en évidence, pour  avoir sa part  de participation à  la vie publique.

Le maitre-mot : communiquer

 Parlant de son expérience, la présidente de l’AIFA a reconnu qu’elle accueille régulièrement des femmes dans son cabinet, mais qu’elle constate que ces dernières n’évoluent pas aussi bien que les hommes. Pour elle, le maitre-mot c’est « communiquer », comme une des solutions pour faire  bouger les lignes, pour  que la femme soit mieux reconnue dans son travail.

«C’est souvent suite à un blocage dans leur carrière que les femmes  viennent me voir. Pour avoir le temps  de communiquer, les femmes doivent gagner du temps et alléger leur planning. Pour cela, elles  doivent accepter de dire non à certaines demandes  et ne pas hésiter à déléguer des tâches, à demander de l’aide et du renfort à leurs patrons », a-t-elle poursuivi.

AIFA est une Association sans but lucratif (ASBL) dont l’objectif primordial est de garantir la promotion des avocates et, évidemment, celle de  la femme

La Présidente AIFA/RDC, Joël Kona

Me Joël Kona, citant la Banque mondiale, a ajouté que le taux élevé de pauvreté dans le monde se justifie par l’absence des femmes comme actrices  du développement, celles-ci ne travaillant pas ou  travaillant à peine. « Quand la femme prend le devant, la société se développe. Il y a un rapport qui donne plusieurs raisons pour lesquelles les femmes sont sous-employées dans le milieu du travail,  et la conséquence est qu’il y a un fort taux de pauvreté. Si notre pays est parmi les plus pauvres, c’est à cause de ce fait là »,  a-t-elle fait savoir. La présidente/RDC de l’AIFA est néanmoins contente des avancées significatives, quant à la représentativité de la femme  vécue actuellement, grâce à la   Vision du Chef d’Etat qui, insiste-t-elle, veut mettre la femme en avant plan, et  en évidence, pour  avoir sa part  de participation à  la vie publique.

Le maitre-mot : communiquer

Parlant de son expérience, la présidente de l’AIFA a reconnu qu’elle accueille régulièrement des femmes dans son cabinet, mais qu’elle constate que ces dernières n’évoluent pas aussi bien que les hommes. Pour elle, le maitre-mot c’est « communiquer », comme une des solutions pour faire  bouger les lignes, pour  que la femme soit mieux reconnue dans son travail.

« C’est souvent suite à un blocage dans leur carrière que les femmes  viennent me voir. Pour avoir le temps  de communiquer, les femmes doivent gagner du temps et alléger leur planning. Pour cela, elles  doivent accepter de dire non à certaines demandes  et ne pas hésiter à déléguer des tâches, à demander de l’aide et du renfort à leurs patrons », a-t-elle poursuivi.

AIFA est une Association sans but lucratif (ASBL) dont l’objectif primordial est de garantir la promotion des avocates et, évidemment, celle de  la femme dans sa profession, rappelle-t-on.