Décès vendredi en France du guitariste Jacob Desvarieux, leader du groupe antillais « Kassav’ »

0
231

Kinshasa, 31 juillet 2021(ACP).-Le guitariste guadeloupéen, Jacob Desvarieux, leader et co-fondateur du groupe antillais « Kassav’ » est décédé vendredi à l’âge 65 ans à Pointe-à-Pitre, au CHU de Guadeloupe en France, de suite de la COVID-19, ont annoncé les médias locaux.

Hospitalisé depuis le 12 juillet dernier après avoir été contaminé par le coronavirus, il avait été placé en coma artificiel, une semaine plus tard, il avait récemment indiqué la production du groupe Kassav’, avant d’annoncer l’annulation de tous les concerts prévus.

Hommages mérités à une icône de la musique antillaise et Africaine

Par ailleurs, plusieurs grandes stars de la musique africaine ainsi que du sport ont réagi à la disparition de cette icône de la musique sur les pages sociales notamment, le chanteur congolais Noêl Ngiama Makanda, alias Werrason,  qui a posté sur son compte facebook et le chanteur sénégalais Youssou Ndour.

Pour l’artiste Werrason qui a réalisé déjà un featuring avec Jacob Desvarieux à travers la chanson Na touché dans l’album  Temoignage « mon cœur est ébranlé par cette triste nouvelle sur mon frère, icône, super star génie et ambassadeur de la musique ». Pour lui, l’esprit de Jacob vivra dans l’immense héritage de ses œuvres qu’il a laissées à travers son groupe « Kassav’ ses albums etc. »

De son côté, le chanteur sénégalais Youssou Ndour a tweeté « Les Antilles, l’Afrique et la musique viennent de perdre l’un de ses plus grands Ambassadeurs. Jacob grâce à ton art, tu as rapproché les Antilles à l’Afrique. Dakar où tu as vécu te pleure. Adieu l’ami ».

Réagissant à son décès, le judoka guadeloupéen Teddy Riner a indiqué par le même canal que le disparu « était une immense voix des Antilles », tandis que l’ancienne ministre Christiane Taubira, originaire de Guyane, a exprimée sa tristesse, se remémorant « sa voix, sa dégaine, son talent, sa joie, son sourire, cette inclinaison de la tête et même sa salopette des débuts ».

Le ministre français d’outre-mer, Sébastien Lecornu a posté :« Les Français perdent aujourd’hui un artiste de talent et une voix connue de tous ».

« Ce soir, la Guadeloupe tout entière pleure l’un de ses plus grands ambassadeurs, dont l’immense talent, les valeurs, la bonté d’âme et l’amour viscéral de son pays le faisaient rayonner bien au-delà de la sphère artistique », a pour sa part réagi le président du conseil départemental de Guadeloupe, Guy Losbar.

Né à Paris le 21 novembre 1955, Jacob Desvarieux a grandi en Guadeloupe où il s’orienta rapidement vers la musique, avant d’émigrer vers le Sénégal où il vit jusqu’à l’âge de douze ans. Sa mère lui offre sa première guitare alors qu’il a dix ans.

La musique occupe une grande place dans sa vie et dès l’âge de seize ans, il devient arrangeur. Avec ses amis : Francis Cauletin, Phillippe Drai, Christophe Zadire et Achille Ango à Marseille, il fonde un groupe de rock The Bad Grass, puis pour des raisons plus commerciales, Sweet Bananas. Ils enregistrent le titre Bilboa dance, pour être le générique d’une émission matinale de jeu sur RMC, ensuite membre du groupe Ozila.

Il a connu un énorme succès dans les années 80 en mélangeant des musiques locales pour créer un style de musique : le zouk, lequel  cocktail musical donnera naissance à des tubes festifs et dansants chantés en créole, comme « Zouk la sé sèl médikaman nou ni en 1984 », dans l’album « Syé bwa » en 1987 qu’il cosigne avec un autre fondateur de Kassav’ mais qui ne sort pas sous le nom du groupe.

Le guitariste, chanteur et compositeur Jacob Desvarieux participe à la création de Kassav’ en 1979 puis son essor la décennie suivante.

ACP/ZNG/Cfm