Plaidoyer de Julien Paluku pour l’industrialisation des pays de la CEEAC 

0
200

Kinshasa, 1er août 2021 (ACP).- Le ministre de l’Industrie nationale de la République démocratique du Congo, Dr. Julien Paluku Kahongya, entend apporter la contribution de la RDC à la Communauté Économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), à travers  son plan directeur d’industrialisation qui s’inscrit dans la droite ligne de la vision du Chef de l’Etat, afin d’insuffler une nouvelle dynamique économique dans la sous-région, a constaté l’ACP samedi, au cours d’un entretien avec un des collaborateurs de ce membre du gouvernement.

C’est ce qui a justifié la présence de ce membre de l’Union sacrée de la Nation, vendredi, a-t-il dit, aux côtés du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, Président en exercice de l’Union Africaine (UA), à la XIXème Session Ordinaire de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la Communauté Économique des États de l’Afrique centrale (CEEAC), tenue par visioconférence, à la cité de l’UA.

C’est le Président de la République du Congo, Chef de l’État et Président en exercice de la Conférence des Chefs d’État et de Gouvernement de la CEEAC, Denis Sassou-Nguesso, qui a présidé ces assises.

Dans le cadre de la politique industrielle nationale, a laissé entendre notre interlocuteur, sous le sceau de l’anonymat, le plan de Julien Paluku  est notamment basé sur la densification de l’industrie sur tous les six espaces industriels tels que cela a été créés par le Président de la République.

« Nous voulons maintenir la richesse congolaise au Congo, la transformation doit se faire au Congo par les congolais et d’autres investisseurs qui auront choisi la RDC comme leur seconde patrie », a-t-il souligné.

Selon lui, Julien Paluku, voit en ce plan directeur d’industrialisation, une opportunité continentale qui pourrait faire objet des discussions entre les Chefs d’Etat.

L’une des raisons de cette opportunité africaine, a-t-il souligné, c’est l’avènement de la Zone de libre-échange continental africaine (ZLECAF) qui peut inciter les dirigeants du continent à s’approprier cette initiative congolaise impulsée par le ministère de l’industrie.

« Nous disposons du plan directeur d’industrialisation, ça sera un outil que le Président de la République pourra partager avec ses pairs pour dire qu’il est possible que chaque pays élabore son plan d’industrialisation, pour ainsi sortir ce continent de son isolement. Nous pourrions demander que Président de la République puisse convoquer même un sommet des chefs d’Etat sur l’industrialisation de l’Afrique parce qu’avec l’avènement de la Zone de libre-échange continental africaine, si nous n’industrialisons pas notre continent, les échanges entre nous seront pauvres, nous n’allons que les opérer qu’avec d’autres continents », avait déclaré, il y a quelque temps, l’autorité morale du BUREC.

ACP/C.Lutete/NKV