Le plan stratégique « Une Santé » pour la lutte contre les menaces sanitaires à l’interface homme-animal-environnement

0
188

Kinshasa, 02 août 2021(ACP)- La coordonnatrice du Comité de coordination « Une Santé » (CCUS), le Pr. Nadège Ngombe Kabamba a déclaré que le plan stratégique « Une Santé » fixera les axes stratégiques prioritaires, des actions et des interventions en vue d’apporter des solutions appropriées aux problèmes sanitaires à l’interface homme-animal–environnement selon l’approche multisectorielle pour le bien–être social du pays.

Elle a fait cette déclaration lundi, à l’ouverture de l’atelier  de validation du plan stratégique « Une Santé » en RDC, organisé par le CCUS en collaboration avec les organismes internationaux AFROHUN, Breakthrough-Action et d’autres partenaires organisé à Pullman dans al commune de Gombe à Kinshasa.

Il sera question pendant les quatre jours, soit du 02 au 04 août 2021, a-t-elle dit, des échanges en plénière sur les amendements éventuels à apporter au drap de ce plan stratégique constitué des ressources humaines de différents domaines en vue de valider un document final.

Les différentes parties prenantes de CCUS, à savoir, les professeurs d’universités et les docteurs en médecine, intervenant lors de l’ouverture de cet atelier en vidéoconférence, ont souligné la nécessité de la mise en œuvre du plan stratégique « Une Santé », afin de mieux prévenir, détecter et répondre aux épidémies et épizooties dans un contexte multidisciplinaire et multisectoriel.

Les intervenants ont évoqué le fait que de nombreux pays au monde reconnaissent les bénéfices apportés par l’approche cette approche multisectorielle et multidisciplinaire « Une Santé », permettant la mise en place des mécanismes nationaux de coordination, de communication et de collaboration afin de lutter contre les menaces sanitaires à l’interface homme-animal –environnement.

L’approche « Une Santé », joue un rôle important pour renforcer la sécurité sanitaire nationale et mondiale.

Ces intervenants ont évoqué la complexité des maladies zoonotiques, le règlement sanitaire international (RSI 2005), l’instrument juridique international contraignant pour 194 pays, membres de l’OMS pour lutter contre la propagation internationale  des maladies, l’engagement de la RDC dans la lutte contre les maladies émergentes et ré-émergentes et à élaborer les textes susceptibles à promouvoir cette collaboration multisectorielle.

Ces assises qui déroule en vue de la validation d’un plan stratégique « Une Santé » pour une période de cinq ans en RDC, connait la participation de toutes les parties prenantes de CCUS, les experts des ministères de la Santé, de l’Environnement, de l’Agriculture, Pêche et élevage, de l’Enseignement supérieur et universitaire (ESU). ACP/