Une allocation de fin de carrière remise à  60 enseignants du primaire des écoles publiques de Kinshasa

0
220

Kinshasa, 02 août 2021 (ACP).- Le ministre de l’Enseignement primaire, secondaire et technique (EPST), Pr Tony Mwaba Kazadi a remis, lundi, une allocation de fin de carrière et un congélateur à 60 enseignants du cycle primaire des écoles publiques de Kinshasa sur les 386 éligibles à la retraite en 2021, au cours d’une cérémonie de lancement du processus de mise à la retraite des enseignants, à l’Institut Mokengeli dans la commune de Lemba.

Tout en remerciant ces enseignants pour tant des sacrifices consentis à instruire, former et éduquer les enfants, avec autant d’amour et de patience, parfois, avec de mauvaises conditions, Tony Mwaba a annoncé que les enseignants éligibles à la retraite resteront à leurs grades transposés en tenant compte de l’ancienneté et de l’échelon de chacun.

Pour marquer une sortie émérite des enseignants retraités , le ministre de l’EPST a préconisé le paiement d’une indemnité de fin de carrière, tout en prenant toutes les dispositions utiles pour assurer la continuité de leur prise en charge à travers la Caisse de retraite des enseignants bientôt opérationnelle ainsi que celle des soins de santé par la Mutuelle de santé des enseignants de l’EPST (MESP).

Pour sa part, la secrétaire générale ai à l’EPST Christine Nepa-Nepa Kabala a fait savoir que le processus de mise à la retraite s’étendra à travers toute l’étendue du territoire national dans les tout prochains jours.

Elle a également fait remarquer que l’avènement du ministre de l’EPST Tony Mwaba apporte non seulement un nouvel élan de rupture avec les faiblesses à travers sa volonté affichée de trouver de solutions innovantes aux multiples problèmes que rencontre le secteur éducatif.

«  Il y a de cela plus de 35 ans que les enseignants n’ont pas été mis à la retraite. Cette situation est aujourd’hui à la base de l’augmentation du nombre des enseignants éligibles à la retraite estimé à 87.105 unités ainsi que du vieillissement du corps enseignant des écoles publiques avec comme conséquence, la baisse du niveau et de la qualité de l’enseignement », a conclu Christine Nepa-Nepa Kabala. ACP/Fng/CKM