Le ministre d’Etat Aimé Boji annonce le renforcement de la gouvernance budgétaire en RDC

0
154

 Kinshasa, 03 août 2021 (ACP).- Le ministre d’Etat en charge du Budget, Aimé Boji Sangara a indiqué qu’il va entreprendre dans les prochaines semaines, des initiatives pour renforcer la gouvernance budgétaire afin d’assurer l’efficacité du Budget de la République démocratique du Congo.

Il l’a dit lundi à la cérémonie d’ouverture des travaux des Conférences budgétaires de l’exercice 2022 à Sultana hôtel à Kinshasa. Il a fait remarquer que les conférences budgétaires est une étape essentielle dans le processus budgétaire.

Selon lui, son ministère va procéder à la surveillance accrue de la qualité des dépenses publiques tout en veillant à leur stricte conformité et selon les instructions émises quant à leur exécution.

M. Boji a, en outre, fait savoir que ces Conférences offrent un cadre de discussion sur les prévisions budgétaires annuelles, afin d’en assurer la cohérence avec les politiques publiques contenues dans le Cadre budgétaire à moyen terme (CBMT 2022-2024).

« Pour une première fois dans l’histoire du processus budgétaire de la RDC que le CBMT 2022-2024 sera examiné et adopté en Conseil des ministres, conformément aux dispositions de la Loi relative aux Finances publiques, spécialement en ses articles 12, 13 et 76 », a souligné le ministre signalant que cette innovation marque une belle avancée de l’histoire du processus budgétaire congolais.

L’élaboration du budget 2022 caractérisé par une reprise de l’économie mondiale en 2021

Le ministre d’Etat en charge du Budget, Aimé Bodji a révélé dans son intervention que le contexte macroéconomique qui prévaut à l’élaboration du budget 2022, est caractérisé par une reprise de l’économie mondiale en 2021 après la contraction estimée à 4,4% en 2020.

« Cette reprise qui devrait établir la croissance mondiale à 4,9% en 2021 », a dit le ministre d’Etat qui souligne que ces perspectives de reprise de l’économie mondiale auront des répercussions en RDC sur l’amélioration des cours des matières premières, ainsi que d’une bonne coordination des politiques budgétaire et monétaire. Le contexte devrait permettre la maitrise de l’inflation et l’accroissement des investissements publics, a-t-il précisé.

« En conséquence, nous sommes confiants d’être en mesure de porter et de réaliser les ambitions fixées par le gouvernement dans son Programme d’Actions qui s’articulent autour de 15 piliers répartis dans les quatre secteurs, notamment le secteur de la politique, justice, défense et sécurité. Il s’agit également des secteurs de l’économie et finances, la Reconstruction et le  social et le culturel », a poursuivi le ministre d’Etat Aimé Boji. M. Boji qui s’exprimait ainsi devant de différentes personnalités entre autres de la Cour des Comptes, de l’Inspection générale des Finances, de la société civile a fait savoir cette politique va contribuer à la politique gouvernementale axée sur un changement radical du mode de gouvernance congolais, ainsi que sur la croissance et le développement inclusif.

Il sied de noter que toutes ces priorités ont été prises en compte pendant les travaux du séminaire d’orientation budgétaire qui a permis aux parties prenantes d’améliorer la préfiguration des recettes et des dépenses contenues dans le CBMT 2022-2024, dont la première tranche annuelle constituera le Budget de l’Etat pour l’exercice 2022. ACP/ZNG/KJI