Les déplacés internes victimes des violences armées déplorent la précarité de leurs conditions de vie

0
318

Kinshasa, 04 août 2021 (ACP).- Les déplacés internes victimes des violences armées ont dénoncé mardi la précarité dans laquelle ils vivent, en la salle des conférences de l’hôtel Kirikou à Bunia, dans la province de l’Ituri, devant le ministre des Affaires sociales et actions humanitaires, Modeste Mutinga Mutuishayi.

Ils ont, à cet effet, invité le gouvernement central à prendre à bras le corps leurs problèmes, afin de trouver des solutions urgentes et concrètes pour les faire sortir de cette pauvreté endémique.

La cellule de communication du cabinet du ministre qui rapporte cette information, a signalé la présence de quelques déplacés internes victimes des violences armées à cette réunion.

Parmi les différentes doléances présentées à l’envoyé du gouvernement central, les plus pressantes figurent notamment le décès précoce de plusieurs personnes déplacées des suites d’une mauvaise condition de vie, et de l’inadaptation au site.

Le président des déplacés internes du site de Kingoze situé dans la ville de Bunia, Faustin Maju Lonu, a saisi cette opportunité pour demander à M. Mutinga d’être leur porte-parole auprès du Premier ministre Jean Michel Sama Lukonde.

Les déplacés internes, a-t-il expliqué, sont arrivés dans la ville de Bunia depuis 2017 suite à un déplacement massif causé par un massacre généralisé dans les agglomérations de Djugu, Mahagi, Irumu, Hema, Alur, Mambasa, Ndo Okeba, Nyali par le groupe armé CODECO auquel se sont ajoutés les autres miliciens Tchini Ya Kilima et le FPI dans le territoire d’Irumu.

Jusqu’à ce jour, les victimes innocentes ne connaissent pas les causes du massacre perpétré à leur endroit notamment par des incendies de leurs maisons, de leurs bétails et de leurs champs, a conclu M. Maju.

Les différentes recommandations des déplacés

Apres avoir écouté ses hôtes, Modeste Mutinga a reçu un mémo qui reprend leurs recommandations dont l’essentiel se résume notamment par la variation de la ration distribuée par le Programme alimentaire mondiale (PAM), la possibilité de mettre à leur disposition du cash (de l’argent en espèce) pour effectuer des activités génératrices des revenus  et l’acquisition des ustensiles de cuisine.

Le ministre Mutinga a rassuré que toutes ces recommandations seront examinées minutieusement par le gouvernement central et auront une suite favorable avant de rappeler qu’un lot d’assistance humanitaire du gouvernement central constitué de vivres et d’autres biens, avait déjà anticipé leurs doléances. ACP/ODM/JFM