Les ONG féminines exhortent la FEC à  faire du projet « Renaissance » un outil d’émancipation de la femme

0
137
Une vue du président de la FEC avec des femmes entrepreneures

Kinshasa, 04 août 2021 (ACP).- Des ONG féminines ont demandé à la Fédération des entreprises du Congo (FEC), dirigée par Albert Yuma, à faire du projet « Renaissance », un outil par excellence pour contribuer à l’émancipation de la femme dans le pays, a appris mercredi l’ACP, de l’actrice sociale Madeleine Ngalula de l’ONG « Femme Debout ».

Pour ces ONG, le projet présenté par la FEC, lors de la table ronde organisée mardi dernier avec des femmes du monde des affaires opérant en République démocratique du Congo sous le thème : « Rôle de la femme au sein du Patronat congolais et son impact dans l’économie congolaise», aidera les femmes à s’organiser dans leurs activités génératrices des revenus. Ce qui permettrait dans un cours délai à les éloigner de la pauvreté, de la dépendance et contribuerait énormément à leur autonomisation.

A ce jour, a déploré Mme Ngalula, de nombreuses femmes qui peuvent pourtant faire plus, ne se contentent que des activités liées notamment à la vente des légumes et des fruits aussi bien qu’à la tenue des restaurants de fortune, avant d’évoquer les différents facteurs qui font obstacle à l’économie nationale.

Il s’agit notamment du climat des affaires, de la fiscalité, de  la parafiscalité  et du non accompagnement de l’administration publique. Ajouter à cela, le difficile accès aux financements bancaires, a-t-elle souligné. ACP/ODM/JFM