L’hôtel de ville de Kinshasa déplore des actes de vandalisme contre des poubelles implantées le long du boulevard du 30 juin

0
165
Une poubelle vandalisée implanté le long du boulevard du 30 juin de Gombe

Kinshasa, 04 août 2021 (ACP).-L’Hôtel de ville de Kinshasa a déploré des  actes de vandalisme contre des poubelles implantées le long du boulevard du 30 juin, dans la commune de Gombe, a  déclaré mardi la commissaire générale en charge de l’Environnement, Laetitia Bena Kabamba.

Elle a fait observer, sur instruction du gouverneur de la ville de Kinshasa, Gentiny Ngobila Mbaka, que les grandes artères de la commune de la Gombe ont été dotées de nouvelles poubelles publiques pour, d’une part, permettre aux passants d’y jeter leurs déchets et, d’autre part, dans le souci de garder propre la commune de la Gombe. «  A ce jour, le constat qu’on peut faire sur ces artères semble plus que désolant. Par exemple, sur le boulevard du 30 juin, des inciviques ont vandalisé ces poubelles sous prétexte qu’elles sont rarement vidées quand elles se remplissent. Cet acte peu recommandable a occasionné l’exposition des ordures sur les trottoirs du boulevard, exposant ainsi les passagers aux mauvaises odeurs », a-t-elle relevé.

A cet effet, Mme Bena Kabamba, a déploré ce comportement de certains Kinois, soulignant que « Kinshasa-Bopeto » est une affaire de tous et implique un changement des mentalités.

La commissaire générale a fait savoir que l’Hôtel  de ville de Kinshasa, à travers son ministère ainsi que la Coordination « Kinshasa- Bopeto », travaillent pour la sensibilisation de la gestion et l’utilité des poubelles publiques, avec l’implication des bourgmestres et des chefs des  quartiers en vue de l’appropriation de la vision de l’autorité urbaine.

Elle a insisté sur le fait que ces poubelles ont une clé et elles ne peuvent être ouvertes que par les personnes commises à leur évacuation, affirmant que des personnes mal intentionnées, forcent les ouvertures afin de déposer de tas de déchets qui jonchent les alentours des poubelles.

Il faut rappeler que le ministère provincial de l’Environnement a mis sur pied une brigade d’assainissement dénommée « Unité spéciale pour la protection de l’environnement », laquelle brigade composée  des OPJ qui vont devoir verbaliser et sévir toute personne en flagrant délit contre l’environnement et taxer selon les infractions commises.

La ville de Kinshasa produit plus de 10.000 tonnes de déchets par jour en majorité constitués d’ordures ménagères, a-t-elle dit, avant d’inviter les Kinois à la prise de conscience. ACP/ODM/JFM