Manifestation devant un super marché à l’UPN suite à la mort d’un Congolais en Inde

0
205

Kinshasa, 04 août 2021 (ACP).- Un groupe de Kinois, non autrement identifié, venu des différents coins de la capitale congolaise, a manifesté, mercredi, sa colère devant un super marché appartenant aux sujets indiens, situé à l’UPN, dans la commune de Ngaliema, à la suite de la mort en Inde, d’un étudiant congolais, répondant au nom de Joël Malu Shindani, a constaté l’ACP.

En effet, ce groupe a tenté en vain de piller et d’incendier ledit super marché, lequel a été rapidement protégé par quelques éléments de la Police nationale congolaise (PNC), déployés sur le lieu pour rétablir de l’ordre.

Néanmoins, ces manifestants en colère ont réussi à endommager le distributeur automatique d’une banque de la place à l’entrée du super marché, avant d’être  rapidement dispersés par la police.

Ce énième forfait des Congolais en Inde a occasionné, le 02 août dernier, un arrêt de travail chez les travailleurs œuvrant dans les magasins des sujets indiens au marché central « Zando », en vue de manifester leur compassion à la communauté congolaise vivant en Inde, souvent victimes des répressions à répétition.

Il sied de rappeler que l’étudiant congolais de 27 ans révolus, Joël Malu Shindani, a été trouvé mort en garde à vue dans un poste de police, laquelle évoque une mort consécutive à une crise cardiaque. Cette hypothèse a été rejetée par ses compatriotes vivant en Inde, avant d’organiser une manifestation sanctionnée par la répression policière de ce pays.

La police disperse des manifestants menaçant de piller les magasins des indiens

Par ailleurs, les éléments de la PNC ont dispersé, mercredi, des manifestants qui se sont pris aux magasins indiens et ont vandalisé des établissements, notamment, les supermarchés SK de l’UPN et Mbudi, dans la commune de Ngaliema.

Selon les témoignages recueillis sur place chez les étudiants de l’UPN, quelques établissements commerciaux implantés le long de la Route de Matadi vers l’Université pédagogique nationale (UPN),  ont été pillés avant l’intervention de la police qui a pu  maîtriser la situation.

Les forces de l’ordre ont déployé un dispositif sécuritaire autour des différents établissements et lieux de négoce appartenant aux Indiens, dont pour la plupart sont restés fermés, à la suite des actes de vandalisme, apprend-on. Ce même mouvement de colère a été aussi signalé dans la ville de Lubumbashi, indique-t-on. ACP/ODM/JFM