Emmanuel Macron confirme un rappel vaccinal pour les plus fragiles malgré les appels de l’OMS

0
169
©PHOTOPQR/LA MONTAGNE/Thierry LINDAUER ; ; 02/07/2020 ; interview emmanuel MACRON, paris le 02 juillet 2020, photo thierry Lindauer (MaxPPP TagID: maxnewsworldfive189545.jpg) [Photo via MaxPPP]

Kinshasa, 05 août 2021 (ACP) — Emmanuel Macron a confirmé, jeudi, que l’exécutif se préparait à organiser une campagne de rappel vaccinal anti-Covid « à la rentrée » pour les plus fragiles et les plus âgés », ont rapporté des médias étrangers. Cette annonce intervient après l’appel du patron de l’OMS à un moratoire sur ces doses de rappel pour pouvoir mettre ces vaccins à disposition des pays qui n’ont pu immuniser qu’une partie infime de leur population.

Selon ces sources, la France mettra en place à la rentrée une campagne vaccinale de rappel de vaccin anti-Covid-19 en administrant une troisième dose aux personnes ayant reçu les premières injections en tout début d’année, au début de la campagne vaccinale.

« Nous nous préparons, comme les autres pays européens, à faire cette troisième dose pour les personnes qui sont les plus âgées et les plus fragiles. Et nous le ferons à partir de la rentrée », a annoncé le chef de l’État dans une vidéo publiée sur Instagram. Le président avait déjà annoncé le 12 juillet le principe d’une campagne de rappel à la rentrée pour les plus vulnérables, comme le font d’autres pays.

Le périmètre exact des personnes qui se verront proposer un rappel vaccinal à la rentrée devrait faire l’objet d’un arbitrage « la semaine prochaine », a annoncé mardi le ministère de la Santé.

Cette annonce a été faite au lendemain d’un appel du patron de l’OMS à un moratoire sur les doses de rappel des vaccins anti-Covid pour pouvoir mettre ces doses à disposition des pays qui n’ont pu immuniser qu’une partie infime de leur population.

« Nous avons un besoin urgent de renverser les choses : d’une majorité de vaccins allant dans les pays riches à une majorité allant dans les pays pauvres », a déclaré Tedros Adhanom Ghebreyesus, ajoutant que le moratoire devrait durer « au moins jusqu’à la fin septembre », lors d’un point de presse de l’OMS à Genève.

Par ailleurs, le patron de l’agence onusienne dénonce depuis des mois l’inégalité vaccinale. Au 5 août, les pays à faible revenu n’avaient administré en moyenne que 1,7 dose de vaccin pour 100 habitants, contre 101 doses pour 100 habitants dans les pays à revenu élevé.

Sur les 4 milliards de ces doses injectées dans le monde, 80 % sont allés à des pays à revenu élevé ou moyen, alors qu’ils représentent moins de 50 % de la population mondiale. Le docteur Bruce Aylward, chargé de Covax au sein de l’OMS, a reconnu que fin septembre était un objectif ambitieux qui ne sera peut-être pas atteint. ACP/Kayu/GGK/MNI