Une thèse de doctorat en psychopathologie clinique à l’UPN

0
122

Kinshasa, 05 août 2021(ACP).- Le chef de travaux René Tshibwabwa Popi a soutenu publiquement jeudi à l’Université pédagogique nationale (UPN), une thèse de doctorat intitulée «Développement des habilités sociales et instrumentales des patients souffrant des troubles du spectre de la schizophrénie par l’approche cognitive centrée sur le processus cognitif : modèle d’intervention psychothérapeutique efficace de prise en charge des pathologies schizophréniques».

Cette thèse qui lui a valu le grade de docteur en psychopathologie clinique, avec la mention «grande distinction», s’est focalisée sur les patients souffrant des troubles du spectre de la schizophrénie présentant une détérioration des habilités sociales et instrumentales.

Le récipiendaire a indiqué que cette altération des habilités sociales et comportementales, est corrélée étroitement avec les déficits cognitifs qui empêchent les personnes atteintes à fonctionner adéquatement et à acquérir les comportements dirigés vers le but.

Une étude préliminaire auprès de 48 patients

Il a affirmé avoir mené une étude initiale préliminaire auprès de 48 patients avec troubles du spectre de la «SZ» et de la «SZ», bénéficiant de la thérapie chimio-thérapeutique au Centre neuro-psycho-pathologique (CNPP) de l’Université de Kinshasa(UNIKIN), en vue d’évaluer le développement cognitif et les facteurs psychosociaux de mauvaise adaptation.

Cette recherche a révélé chez les patients de manière variable : un coping et stratégie d’ajustement centrant le soutien, l’estime de soi faible, un rajustement social élevé, des stratégies de traitement d’information par gestalt, une mise en place de leurs propres stratégies de compensation.

Il y a également une tendance à simplifier le raisonnement pour diminuer le stress, un QI de performance moyen de 61, un trouble de la personnalité anxieux et peureux , un repérage clinique de la toxicomanie régulier et quotidien , un vécu de la thérapeutique malade-médecin relativement bon et des déficits cognitifs importants dans le pattern des fonctions neurocognitives de base.

Les résultats du processus, a-t-il soutenu, ont révélé une amélioration relativement sensible chez les patients, sur le plan individuel, des capacités neurocognitives de base, ce qui a amélioré, selon l’impétrant, les capacités d’apprentissage, le développement des habilités sociales et instrumentales et les comportements dirigés vers les buts.

Les professeurs Joachim Mukau Ebwel et Jean-Paul Yawidi Mayinzambi respectivement, promoteur   et co-promoteur de la thèse ont fait partie du jury examinateur de ladite thèse, tandis que la séance académique a été présidée par le recteur de l’UPN, le Pr Simon Masamba. ACP/Kayu/GGK