Le REPALEF satisfait de la formation des inspecteurs provinciaux de l’Environnement et développement durable

0
216

Kinshasa, 06 août 2021 (ACP).- Le Réseau des populations autochtones et locales pour la gestion durable des écosystèmes forestiers d’Afrique centrale (REPALEF-RDC) s’est dit satisfait de la formation des 10 inspecteurs provinciaux de l’environnement et du développement durable pour renforcer leurs missions de contrôle et d’inspection dans les territoires de Bikoro et d’Ingende, en province de l’Equateur, indique le rapport de cette plateforme parvenu vendredi à l’ACP.

Lors d’un entretien le même jour avec l’ACP, le chargé du projet « Contribution à la promotion de l’exploitation artisanale légale et durable dans les concessions forestières des communautés locales (CFCL) dans les dits territoires, Raphael Mboyo Bikopo, a précisé que cet atelier de formation organisé du 17 au 20 mars 2021 dans ladite province, rentre dans le cadre de la mise en œuvre du projet pilote sous la gestion des populations autochtones.

Il a, en outre, fait savoir que cinq exploitants forestiers artisanaux ont été identifiés pour échanger sur les pratiques qu’ils utilisent, en vue d’améliorer leur travail en mettant en pratique les enseignements reçus lors de la formation dans le but d’asseoir la légalité dans les opérations forestières.

Selon Raphael Mboyo Bikopo, le REPALEF a voulu, à travers cette formation, inciter les exploitants forestiers artisanaux, les décideurs et les gestionnaires des ressources forestières, à opérer non seulement dans la légalité, le respect des normes et les règles d’exploitation des forêts en général, mais aussi à promouvoir l’exploitation légale et durable du bois que regorgent les territoires occupés par les populations autochtones (PA) dans cette province.

Pour le chef de corps des inspecteurs forestiers de la Coordination provinciale de l’Equateur, Roger Enganger, joint au téléphone, cette formation est une contribution nécessaire du REPALEF, pour promouvoir l’exploitation artisanale légale dans les les concessions forestières des communautés locales CFCL et en dehors de ces concessions ».

Selon les organisateurs, cette formation a bénéficié de l’appui de l’Organisation des Nations Unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), à travers son programme FAO-Union européenne (UE), Programme pour l’application des règlementations forestières, gouvernance et échanges commerciaux (FLEGT), ainsi que des autorités politico-administratives de cette province.

Il sied de noter que ce projet s’inscrit dans le contexte du Programme Intégré REDD+ pour un développement résilient basé sur des moyens d’existence durable dans la province de l’Equateur (PIREDD Equateur). Il est mis en ouvre par la l’agence onusienne FAO pour une durée de quatre ans. Il vise à appuyer les communautés locales dans la gestion durable des ressources forestières afin de lutter contre la déforestation, note-t-on. ACP/NIG