Washington dénonce des manœuvres autocratiques avant l’élection de novembre au Nicaragua

0
541

Kinshasa, 08 août 2021 (ACP).- Le secrétaire d’État américain Antony Blinken, a dénoncé, samedi, les manœuvres «autocratiques» du président Daniel Ortega pour évincer ses opposants politiques avant l’élection présidentielle prévue le 7 novembre au Nicaragua, ont rapporté dimanche les médias internationaux.

Antony Blinken a déclaré dans un communique que cette élection a «perdu toute  sa crédibilité», estimant que «les États-Unis considèrent les dernières actions non-démocratiques, autoritaires – inspirées par la peur d’Ortega d’une défaite électorale – comme le coup final porté aux perspectives d’une élection libre et juste au Nicaragua».

La principale formation d’opposition a été mise hors-jeu vendredi 6 août au Nicaragua, où le président Daniel Ortega, qui brigue un quatrième mandat consécutif, est accusé de faire table rase de ses concurrents à l’approche de l’élection présidentielle. Le parti d’opposition CxL s’est vu reprocher le fait que sa présidente, Carmella Rogers Amburn, plus connue en politique sous le nom de Kitty Monterrey, a la double nationalité américaine et nicaraguayenne. Elle s’est vu retirer sa citoyenneté nicaraguayenne, ce qui lui fait courir le risque d’être expulsée.

Le président Ortega, un ancien guérillero sandiniste de 75 ans, et son épouse et vice-présidente Rosario Murillo, 70 ans, n’ont désormais face à eux aucun candidat sérieux pour le scrutin du 7 novembre, cette annonce s’ajoutant à l’arrestation des sept candidats potentiels les plus sérieux.  «La décision du président Daniel Ortega et de la vice-présidente Rosario Murillo d’interdire le dernier véritable parti d’opposition de participation aux élections de novembre souligne leur désir de rester au pouvoir coûte que coûte», a souligné M. Blinken. Vendredi 6 août, les États-Unis ont gelé les visas de 50 proches de responsables nicaraguayens liés au gouvernement Ortega.

Sans surprise, le Front sandiniste de libération nationale (FSLN, parti au pouvoir) a approuvé lundi 2 août à l’unanimité la candidature de Daniel Ortega. Son épouse a également été désignée comme candidate à un second mandat à la vice-présidence de ce pays de 6,5 millions d’habitants. ACP/CL/Fmb