La ministre des Mines dévoile à Watsha les directives susceptibles d’aider la population locale  à contribuer au développement

0
288

Kinshasa, 12 août 2021 (ACP).- La ministre nationale des Mines, Antoinette N’samba Kalambayi a dévoilé les directives prépondérantes pour aider tant soit peu, la population locale de s’enrichir et contribuer au développement du pays à travers le secteur minier.

La ministre N’samba Kalambayi l’a fait mardi au cours d’une conférence-débat animée à Watsha, dans le Haut-Uele, où elle séjourne avec les experts miniers ce, devant les membres de la  communauté locale et la Fédération des entreprises du Congo(FEC) ainsi que les membres de son cabinet.

Elle a indiqué que l’État congolais a donné aux employeurs l’opportunité de devenir des millionnaires en les invitant à s’organiser pour se créer des coopératives minières purement employeurs au lieu d’en faire des mallettes, utilisées pour les faire travailler comme des esclaves.

La ministre a également réitéré son engagement de suivre  de près le problème de la dotation de 0,3 % dans les provinces, soulignant que celle-ci permet à la communauté locale de financer les projets de développement.

« Au fait nous demandons seulement un peu de patience. Nous venons de prendre la commande du ministère. Le 0,3 % normalement doit être géré par deux ministères à savoir, les Mines et des affaires sociales. Nous sommes en pourparlers. Je pense que d’ici là nous allons décanter la situation pour pouvoir créer une structure au niveau locale ici, afin de gérer le 0,3 % en question dans peu de jours. Je vais suivre de près l’évolution de cette structure qui sera mise en place et comment elle va apporter des projets pour le développement de la communauté de Doko », a-t-elle souligné.

Engagée dans le strict respect du texte, la ministre nationale des Mines a expliqué à la communauté locale, la société civile, la fédération des entreprises du Congo, ainsi les employeurs, la problématique de l’exploitation artisanale des minerais sans pour autant élucider le contour.

Soucieuse de l’amélioration du climat des affaires, la ministre a fait remarquer à la population que l’impossible n’est pas congolais. La SOKIMO est une entreprise à cent pour cent congolais. Tout ira mieux avec la volonté et la bonne foi.

ACP/ZNG/NKV/MNI/LYS