L’ACAJ invite à plus de clarté dans l’affaire du Parc agro-industriel de Bukanga Lonzo

0
80

Kinshasa, 12 aout 2021 (ACP).- Le président national de l’Association congolaise pour l’accès à la justice «ACAJ», Georges Kapiamba a, au cours d’un entretien mercredi avec la presse locale, invité notamment les magistrats à se comporter dignement en étant plus clairs sur l’affaire du «Parc agro-industriel de Bukanga Lonzo».

Me Kapiamba a profité de cette rencontre pour solliciter le concours des juges afin que les parlementaires et membres du gouvernement soupçonnés pour des faits de corruption et/ou de détournement de deniers publics, dans l’exercice des charges d’état, soient déférés devant leur juge naturel.

«Bien que jouissant de la présomption d’innocence, ces suspects tenteraient de se réfugier derrière les immunités dont ils sont bénéficiaires alors que les instances judiciaires souhaitent instruire  objectivement les dossiers les concernant, sans parti pris, à charge et à décharge, pour assurer l‘application effective de la loi», a-t-il fait savoir aux journalistes.

D’où, la nécessité de lever les immunités des auteurs présumés des actes criminels en vue de contribuer à l’œuvre de la lutte contre l’impunité et de moralisation de la gestion publique.

Les responsables visés par les enquêtes de l’IGF encouragés d’affronter la justice

 Le Président de cette structure a, en outre, encouragé les responsables visés par les conclusions des enquêtes diligentées par l’Inspection Générale des Finances (IGF), à offrir toute leur coopération à la justice et à ne pas adopter une posture de défiance, susceptible de jeter de l’opprobre sur l’administration de la justice en République Démocratique du Congo(RDC).

Selon lui, les investissements dument menées par l’IGF ont débouché sur des présomptions de détournement des deniers publics qui nécessitent un regard avisé du juge compétent aux fins de les confirmer ou de les infirmer.

Les détournements des deniers publics menacent sérieusement l’Etat de droit, la stabilité et la sécurité de la société congolaise, compromettant ainsi le développement social, économique, politique et la jouissance des droits fondamentaux des citoyens, rappelle-t-on.

ACP/ZNG/NKV/MNI/LYS