Début mardi des travaux de construction du bâtiment administratif de l’Afridex à Tsere/Bunia

0
234

Bunia, 16 août 2021 (ACP).- Le directeur, chef d’antenne de l’Africaine d’explosifs (AFRIDEX)/Ituri, Adhélar Ngoie Kitenda, a annoncé le début pour mardi, des travaux de construction d’un bâtiment administratif pour son service ainsi que d’un dépôt de stockage des explosifs dans la bourgade de Tsere,  située à près de 7 km de la ville de Bunia, en Ituri, dans une interview exclusive accordée à l’ACP dans son bureau de travail.

En plus du bâtiment administratif qui vont loger toutes les activités de l’Afridex/Ituri, a-t-il précisé, le dépôt sera construit pour éviter que les particuliers ne puissent continuer à garder d’une manière frauduleuse les explosifs dans leurs maisons, et  par ricochet, permettre à son service de retracer la destination, les finances, les recettes que Afridex pourrait générer au profit du trésor public. « C’est aussi faire un contrôle afin d’éviter que les différents consommateurs  gardent  et utilisent  frauduleusement les explosifs dans la province de l’Ituri », a-t-il martelé.

Concernant les textes légaux du pays qui régulent l’utilisation des explosifs, Adhélar Ngoie Kitenda a spécifié qu’en plus d’être en règle vis-à-vis du ministère des Mines et de la division provinciale des Mines, les personnes qui veulent utiliser les explosifs doivent au préalable, respecter les formalités administratives notamment disposer de documents sur l’autorisation de l’utilisation des explosifs, d’une lettre à adresser à la direction générale de l’Afridex via l’antenne de l’Ituri où elles doivent exprimer le besoin d’acheter et d’utiliser les explosifs, la vocation d’acheter, de transporter et de stocker.

A son tour, a-t-il poursuivi, la direction générale de l’Afridex devra délivrer à ces personnes de documents moyennant des frais fixés légalement par le ministère des Finances et celui de la Défense nationale, le document de traçabilité sur base d’une facture de fournisseur interne comme externe de leur choix. Il a ajouté que le document de traçabilité permet à son service de connaître la provenance et la destination des explosifs.

Les explosifs chargés toujours escortés

Adhélar Ngoie Kitenda a rassuré au regard du caractère extrêmement sensible des explosifs, qu’au-delà de l’intervention de  l’ANR, les produits exportés ou achetés dans le pays, une fois chargés, sont toujours escortés par les éléments des FARDC mis à la disposition de l’Afridex jusqu’à la destination.

A ce niveau, a-t-il signifié, ces produits seront sanctionnés par un document signé par l’ANR et l’Afridex pour certifier l’arrivée à  destination de ces explosifs avant qu’ils ne soient stockés. « Aucun orpailleur, aucun mineur ne peut utiliser les explosifs sans pour autant faire appel à l’Afridex pour son expertise en tant que conseiller en matière d’utilisation d’explosifs. L’Afridex, est le dernier rempart qui doit donner conseil pour le chargement des explosifs pour miner », a averti le directeur, chef d’antenne de l’AFRIDEX)/Ituri, Adhélar Ngoie.

Pour rappel, l’Afridex est un service public créé par la loi organique N°11/012 du 11 août 2011 portant organisation et fonctionnement des forces armées spécialement en ses articles 16 et 17 en tant qu’une unité du ministère de la Défense nationale. ACP/