Bientôt la Rumba inscrite au patrimoine culturel de l’humanité

0
228

Kinshasa, 17 août 2021 (ACP).- La ministre de la Culture, arts et patrimoine, Catherine Kathungu Furaha, a procédé, mardi, à l’Institut national des arts (INA), au lancement officiel de la campagne de promotion pour l’inscription de la Rumba congolaise au patrimoine culturel de l’humanité  de l’UNESCO, au cours d’une cérémonie organisée à cet effet dans la commune de la Gombe.

La ministre a rappelé, dans son allocution, que le Chef de l’État nous donne l’occasion de reprendre le flambeau de la culture, en la mettant dans la thématique de sa mandature à la tête de l’Union Africaine. « C’est avec lui que nous devons cheminer durant cette campagne, afin que d’ici décembre 2021, l’inscription de la Rumba au patrimoine culturel immatériel universel soit possible », a-t-elle dit, rappelant que le 15ème pilier du gouvernement du Premier ministre Sama Lukonde met la culture à l’essence de tout.

La Rumba, notre identité

La Rumba est certes notre identité, mais elle est aussi un partage et une diplomatie qui traverse les frontières, a indiqué la ministre, précisant que cette campagne est lancée concomitamment avec la République sœur du Congo Brazzaville. « J’ai une bonne nouvelle pour nous tous. Au sommet du G20 à Rome, en Italie, auquel j’ai participé le 30 juillet dernier, Mme Audry Azoulay, directrice générale de l’UNESCO m’a rassuré d’accompagner la RDC dans sa démarche légale et régalienne d’inscrire la Rumba au patrimoine culturel immatériel universel », a-t-elle déclaré, ajoutant qu’à ceci s’ajoute le succès de la diplomatie du Chef de l’État grâce à laquelle le Rpays est réécouté dans le monde.

Les Bantous de la capitale avec Grand Kallé avec le titre « Ebaleya Congo », mais aussi le célèbre Franklin Bukaka du Congo  Français, dans sa chanson « Le bûcheron », tous avaient célébré la grandeur de nos deux pays  de la rumba  et notre émancipation.

Pour sa part, le Pr. Yoka Lye Mudaba, directeur général de l’INA, a évoqué l’importance de la rumba, depuis sa naissance jusqu’à nos jours, et de son originalité qui la démarque d’autres genres musicaux. Il a également souligné la participation de son institution, où éclosent les talents, Il milite, en outre, pour que la Rumba soit inscrite au patrimoine culturel et qu’elle demeure la musique phare de la RDC.

Un acte d’engagement a été signé, à l’issue de cette journée,  par la ministre pour qu’à partir du 17  août 2021, soit adopté et programmé dans les médias, un calendrier de médiatisation des valeurs intellectuelles, morales, unificatrices, pacifistes, des textes d’éducations, des chansons, à travers les affiches, les réseaux sociaux, dans toutes les ambassades à Kinshasa, les ministères, les universités et les écoles. ACP/