Le Tchad retire 600 soldats de la force du G5 Sahel

0
198

Kinshasa, 22 août 2021 (ACP).- Le Tchad a annoncé, samedi 21 août, avoir retiré la moitié de ses effectifs déployés en février au sein de la force anti-jihadiste du G5 Sahel dans la zone dite « des trois frontières », zone frontalière du Mali, du Niger et du Burkina Faso, ont rapporté dimanche les médias locaux, citant une annonce du porte-parole du gouvernement tchadien Abderaman Koulamallah, qui minimise ce retrait.

Le contingent est arrivé jeudi soir en territoire tchadien après un départ qui a été coordonné avec les partenaires du G5 Sahel et les Français, ont confirmé des sources sécuritaires tchadiennes. Ils sont 600, soit la moitié de l’effectif déployé en février dernier dans la zone « des trois frontières ». Et seront déployés dans le nord du Tchad qui fait face à plusieurs défis sécuritaires, indiquent ces mêmes sources, qui ajoutent que plusieurs colonnes de rebelles chercheraient depuis plusieurs mois à regagner la capitale.

C’est donc un redéploiement stratégique qui ne changera rien au dispositif de lutte contre le terrorisme au Sahel, insiste le porte-parole du gouvernement tchadien, Abdéramane Koullamallah, qui parle même d’un non évènement.

Mais de bonnes sources, alors que c’est l’entretien des troupes tchadiennes qui poserait problème, rapportent les sources, ajoutant qu’il s’agit même l’une des conditions posées par le Tchad, que les partenaires n’ont pas respectée, et pour éviter des désagréments, le contingent a dû être rapatrié.

 Il ne s’agit pas d’un retrait. Il s’agit d’un redéploiement stratégique et cela n’a absolument aucune incidence sur la capacité des forces tchadiennes à jouer leur rôle de forces motrices dans la lutte contre le terrorisme, indique-t-on.

Selon une analyse partagée par une source militaire. Cette dernière assure que cette décision était à l’étude depuis plusieurs mois avec les pays du G5 Sahel. Les autorités tchadiennes soulignent que cette mesure a été prise en commun accord avec les pays de la force multinationale. Avoir sur place 1 200 hommes, alors qu’en moyenne un bataillon de la force multinationale est d’environ 600 hommes, était un effort difficilement soutenable dans le contexte sécuritaire du pays. ACP/CL/KJI