UNIKIN : une thèse de doctorat sur les menaces sécuritaires en Afrique post-guerre froide

0
244

Kinshasa, 21 août 2021 (ACP).- Le chef de travaux Jean –Hervé Mbelu Biosha a soutenu samedi, à l’Université de Kinshasa(UNIKIN), une thèse de doctorat intitulée « Menaces sécuritaires en Afrique post-guerre froide : vers de nouvelles stratégies de riposte pour la stabilité et l’émergence de la République démocratique du Congo ».

Le récipiendaire, qui a obtenu le grade de docteur en sciences politiques  et administratives avec la mention « la plus grande distinction », a analysé les menaces sécuritaires en Afrique post- guerre froide en général, et en particulier les nouvelles stratégies de riposte,  pour la stabilité et l’émergence de la RDC.

Il a dit avoir abordé la question de la gouvernance sécuritaire, en mettant l’accent sur les anciennes et nouvelles formes des menaces qu’elle suscite, en préconisant les solutions idoines, la sécurité et la défense constituant l’un des grands défis du 21ème siècle .

L’impétrant a soutenu que cette étude est partie d’un constat personnel sur le concept de sécurité, qui regorge une réalité facile à saisir.

Cette sécurité, a-t-il poursuivi, renvoie aux multiples facettes de la vie, notamment les droits à l’intégrité physique, à la protection de la vie privée, à l’expression libre ou à avoir les moyens de vivre dans la dignité et dans un environnement sain.

Pour une politique de défense et de sécurité

La thèse affirme, par ailleurs, que les menaces sécuritaires tant à travers le monde qu’en Afrique, ont pris d’autres dimensions lesquelles n’ont pas existé pendant la guerre froide.

Ces menaces sécuritaires, issues de diverses causes pendant la période de guerre froide, ne proviennent pas toutes nécessairement des causes extérieures. Elles sont aussi d’origine interne, notamment la mauvaise gouvernance,  la pauvreté ,  la corruption, le chômage, les maladies , les questions environnementales, les médias , le terrorisme , la cybercriminalité, le tribalisme ,  la montée de l’extrémisme et la présence des minerais.

 Jean –Hervé Mbelu Biosha a soulevé dans cette dissertation doctorale, la nécessité de voir  les pouvoirs exécutif, législatif et judiciaire, s’impliquer dans l’élaboration, le contrôle et la mise en pratique de la politique de défense et de sécurité.

La RDC, a-t-il soutenu, se trouve devant une  nécessité de la réforme de la gouvernance sécuritaire dont l’objectif global sera l’érection d’un modèle d’intégration sous- régionale, régionale et continentale.

Il sera aussi question d’asseoir la réforme de la gouvernance sécuritaire sur deux dimensions importantes interne et externe, en privilégiant l’implication citoyenne, personnelle, communautaire, nationale et régionale.

Elargissement  à d’autres  horizons sécuritaires

Le Pr Mbikayi Mundeke, secrétaire du jury examinateur de cette thèse, a salué la pertinence de cette étude qui s’élargit à d’autres horizons sécuritaires.

La problématique de la sécurité, vue de manière holistique, a-t-il indiqué, doit tenir compte de nombreux défis soulevés par l’auteur à l’extérieur et à l’intérieur de la RDC et partout dans  les pays du monde.

Il a recommandé la publication de cette thèse dans plusieurs canaux de communication, pour que la population congolaise s’imprègne des défis sécuritaires,  afin de les affronter.

« Le monde étant  devenu un village planétaire sous la mondialisation ou la globalisation , la perception des problèmes sécuritaires s’imposent ainsi à toutes les autres thématiques universelles : environnement , eau , écologie et la biodiversité , épidémie , pandémie , VH-Sida , cybercriminalité , drogues » , ont estimé d’autres membres du jury, dont les professeurs Mbwebwa Kalala (promoteur) et Kazumba Tshiteka(co-promoteur). ACP/CL/KJI