Le mauvais stationnement et les tracasseries routières à la base des embouteillages à plusieurs coins de Kinshasa

0
268

Kinshasa, 30 août 2021 (ACP).-Le mauvais stationnement des véhicules et des motocycles, les tracasseries routières, ainsi que le délabrement de certaines routes figurent parmi les causes majeures de la persistance des embouteillages à travers la ville province de Kinshasa, ont rapporté, lundi, à l’ACP certains usagers au cours d’une ronde effectuée dans quelques coins stratégiques de la capitale.

Ces usagers, principalement les conducteurs automobiles et les passagers des transports en commun, ont déploré la mauvaise conduite des chauffeurs et des taximen moto qui, en état toujours pressé, font de fausses manœuvres au niveau des carrefours et ont l’habitude de stationner à l’entrée des stations d’essence ou au beau milieu de la route pour prendre les clients.

Ceci, sans le moindre respect du code de la route et de la présence des policiers de roulage commis dans les carrefours pour réguler la circulation, ont-ils déclaré.

A cela s’ajoute la présence des marchés pirates qui amenuisent la chaussée et la période de courtoisie routière récemment accordée aux transporteurs en commun, qui les poussent à plus de méconduite, a  affirmé un agent de la police de roulage, Jean Mbuku, posté à la Place Victoire.

Ces embouteillages qui sont devenus récurrents, même en dehors des heures de pointe, sont aussi causés par le manque des routes secondaires  accessibles et dont la majorité n’est pas asphaltée, selon M. Fiston Mbambu, commerçant de son état , sur  l’avenue Lumumba, au quartier Mombele.

Des embouteillages permanents sur l’avenue du Tourisme à Kinsuka

En outre, au quartier Kinsuka, dans la commune de Ngaliema les usagers se plaignent des embouteillages permanents sur l’avenue du Tourisme appelée communément  « Nzela ya mayi », affirmant qu’ils surviennent souvent pendant les heures de pointe et les week-end lorsque des familles viennent en détente dans les terrasses établies le long de la chaussée, au bord du fleuve Congo.

Ils sont généralement dus aux manœuvres que les touristes tentent de faire pour parquer leurs véhicules ou pour quitter le lieu,  a confié une habitant du camp Mimoza, usagère de ce  tronçon, ajoutant que cette situation peu perdurer en longueur de journée et s’étendre du rond point Magasin Kintambo jusqu’à l’entrée du camp Mimosa, « Camp des médecins », voire même jusqu’à la Place Brikin, toujours dans le quartier Kinsuka.

Ces usagers plaident pour que l’autorité urbaine améliore  la régulation du trafic dans ce coin, pour notamment éviter les accidents qui sont à répétition sur cette partie de la route.

Nécessité de renforcer la régulation du trafic autour des sauts-mouton à Tshangu

Par ailleurs, au niveau du district de Tshangu, les conducteurs automobiles et les piétons plaident pour que  l’autorité urbaine renforce également les méthodes de régulation du trafic sur le boulevard Lumumba au niveau du district de Tshangu, surtout aux alentours des sauts-de-mouton nouvellement érigés par le gouvernement pour combattre cette situation.

Selon eux, ces embouteillages se sont encore amplifiés sur ce tronçon  malgré la présence des ces ouvrages, à cause de la mauvaise conduite des  chauffeurs des taxis bus et de motocycles, habitués à conduire à vive allure, à ne pas respecter le code de la route et qui n’usent pas de courtoisie routière, causant ainsi que des accidents.

À titre d’exemple, une personne aurait été écrasée  la semaine dernière par un gros camion à  hauteur du boulevard Kimbuta en voulant éviter une moto qui roulait à grande vitesse dans le sens contraire sur la bande des piétons.

La traversée à la Place Victoire, un véritable casse-tête

Par ailleurs, il est observé que traverser la Place Victoire dans n’importe quelle direction : de l’Athénée de la Victoire ou du pont Kasa-Vubu pour Bongolo, devient un véritable casse-tête pour les usagers de ce carrefour emblématique de la capitale.

En effet, la présence en surnombre des « Wewa » en stationnement dans ce rayon à partir de la station d’essence jusqu’à la croisée des avenues Kasa-Vubu et Victoire ne laisse aucun espace aux véhicules de passer tranquillement sous l’engouement incontrôlé des piétons qui eux aussi s’empressent pour leurs destinations.

Selon les observateurs avisés, l’autorité policière de régulation routière doit obtenir des autorités urbaines, municipales de Kalamu et de Kasa-Vubu des instructions claires relatives à l’interdiction formelle aux « Wewa » de stationner au rond-point transformant celui-ci en un parking.

La réglementation de la circulation en ce lieu met les passagers à l’abri des « pic pockets », surtout pendant les heures de pointe, qui sont victimes de perte des objets de valeur. ACP/Kayu/JFM/MNI