La DGI bientôt dotée d’un progiciel intégré de gestion d’impôt

0
196

Kinshasa, 05 septembre 2021 (ACP). – Le ministre des Finances, Nicolas Kazadi Kadima- Nzuji a affirmé samedi à Kinshasa, avoir obtenu un financement pour implémenter à la Direction générale de l’impôt (DGI), un progiciel intégré, centralisé et modulaire de gestion de l’impôt, d’ici janvier 2022.

Il l’a dit le même jour à l’occasion de la cérémonie de clôture du séminaire des directeurs de la DGI sur le contrat de performance.

Pour lui, le projet de réforme de la fiscalité indirecte reste une priorité pour ce dernier trimestre de l’année en cours, afin de permettre son application dès l’année prochaine.

C’est ainsi qu’il a invité la DGI à s’activer pour finaliser les travaux techniques dès la fin de ce mois de septembre. « L’élargissement de l’assiette fiscale est un axe majeur qui doit préoccuper au plus haut niveau l’administration fiscale et surtout la réforme visant l’introduction de l’impôt sur le revenu » a-t-il dit, en encourageant les dirigeants de la DGI à maintenir ce genre d’échanges des vues entre les cadres de l’entreprise, mais aussi entre l’ensemble du personnel.

Le ministre des Finances dans son discours de circonstance, a fait savoir qu’il a suivi avec une attention soutenue, les résolutions issues des assises ainsi que la cérémonie de signature des contrats de performance entre la haute direction et les services opérationnels. Selon lui, cela prouve que la culture de performance commence à pénétrer au sein de la DGI.

« Je crois qu’il est possible d’y arriver graduellement. C’est à ce niveau que la DGI doit jouer son rôle de la première et la principale régie financière. Maintenant, je me réjouis qu’à ce jour, la DGI a mobilisé 4.213,9 milliards de francs congolais soit 56% de l’ensemble des recettes internes. Je vous exhorte,  non pas à maintenir la même cadence, surtout pas à la baisser, mais à accélérer davantage car ce niveau actuel des recettes est un trompe-œil par rapport au potentiel fiscal et aux différentes pesanteurs qui freinent encore la mobilisation des recettes : la faible informatisation, la faible maitrise de la TVA après de 10 ans depuis son lancement, le répertoire des contribuables peu propice à l’assujettissement général des contribuables, une assiette fiscale centrée sur un petit nombre des contribuables, …..bref beaucoup de travaux à réaliser pour réformer véritablement la gestion de l’impôt en RDC », a conclu le ministre des Finances, Nicolas Kazadi.

35 résolutions adoptées lors des sessions

Auparavant, le directeur général de la DGI, Barnabé Mwakadi a rappelé que les échanges ont tourné autour de différents thèmes abordés dans les six sessions.

Les six sessions des travaux ont permis d’adopter 35 (trente-cinq) résolutions, lesquelles se répartissent dans 4 (quatre) domaines, à savoir les résolutions de portée générale, dont deux en matière de répartition des assignations internes et une en matière de réforme des structures ; les résolutions en matière d’Assiette fiscale ; les résolutions en matière de recouvrement ainsi que les résolutions  en matière d’informatisation des services    des moyens humains, matériels et financiers.

Il a reconnu que l’ensemble de résolutions adoptées relève de la responsabilité de la DGI, la réussite de la mise en œuvre de certaines d’entre elles, nécessite néanmoins l’appui mieux l’implication du gouvernement à travers le ministère des Finances. A titre indicatif, a cité le directeur général Barnabé Mwakadi, le suivi du projet de décret devant modifier et compléter le décret du 2 mars 2003 portant création de la DGI, déjà soumis à la sanction du Premier Ministre.

Barnabé Mwakadi a saisi l’occasion pour inviter chacun des séminaristes, à imprimer une nouvelle dynamique aux services, afin d’améliorer le rendement de tous les corps de métiers, et de toutes les missions fiscales tenant compte des considérations et orientations données par le ministre des Finances.  ACP/CL/KJI