Mondial 2022 : les matches se suivent et se ressemblent, déclare  Hector Cuper avec les Léopards

0
114

Kinshasa, 07 septembre 2021 (ACP).- Les matches se sont suivis et se sont  ressemblés, a déclaré  le sélectionneur national Hector Cuper Raul des Léopards de la RDC aux éliminatoires zone Afrique de la Coupe du monde de la Fédération internationale de football Association (FIFA).

Même ossature pour deux nuls en deux sorties, au regard de deux prestations de l’équipe nationale, on y a épinglé certain nombre de points de ressemblances.

La première ressemblance se situe au niveau du onze du départ aligné par Hector Cuper lors des matches de deux premières journées du groupe J.En effet, contre les Taïfa Stars de la Tanzanie jeudi 02 septembre dernier à Lubumbashi et lundi,  face aux Ecureuils du Bénin, le technicien argentin a envoyé dans l’arène un groupe constitué de : Joël Kiassumbua comme gardien de but et un quatuor défensif avec deux latéraux : Mukoko Amale, Glody Ngonda Muzinga ainsi que Christian Luyindama Nekadio et le capitaine Marcel Tisserand au cœur de la défense. Chancel Mbemba Mangulu, Samuel Moutoussamy, Chadrack Akolo Ababa et Yannick Bolasie Yala au milieu de terrain sous l’animation offensive. Comme pour dire, pourrait-on penser,  qu’on ne change pas l’équipe qui a concédé un nul à Lubumbashi, même si chacun des joueurs congolais n’a pas répondu de manière maximale aux attentes de l’entraîneur ou des sportifs du pays.

Bakambu et Mbokani : un duo actif

Pour la deuxième ressemblance, au cours de deux matches, les Léopards ont ouvert le score par le même joueur Dieumerci Mbokani Bezwa et chaque fois en conclusion d’un service de Cédric Bakambu qui a fait montre de son altruisme au service du groupe. D’abord, sur une balle à ras de sol, venue de la gauche et en retrait à la hauteur de la ligne de fond, où il place la pointe de la bottine, pour l’ouverture du score à Lubumbashi (23ème).Ensuite, sur la balle d’un centre aérien, de droite à gauche, pris en sandwich entre deux défenseurs béninois,  Mbokani (10ème) saute plus haut que ces derniers et place la balle au fond des filets d’une tête imparable. Autres similitudes, l’incapacité des Congolais de conserver leur maigre avantage.

A Lubumbashi, les Tanzaniens n’ont eu que  près d’une dizaine de minutes pour l’égalisation de Saimon Happygod Msuva (33ème).A Cotonou, quasiment c’est au même timing que Jordan Adeoti (33ème) a remis les pendules à l’heure pour les Ecureuils. Constat fait sur l’ensemble des deux matches, le résultat final est scellé en première période.

Mbokani : seul joueur au compteur ouvert

Ensuite, une coïncidence hasardeuse, ce qu’après l’ouverture du score par Mbokani le seul artilleur  du onze national dans cette campagne avec deux réalisations, les Léopards n’ont plus rien démontré en terme d’efficacité et d’inspiration offensive au point qu’aucun autre joueur n’a réussi à trouver le chemin des filets et à faire mieux que lui, même après sa sortie du terrain.

Les Léopards ne font plus peur

Tous ces éléments réunis, on est porté à croire qu’à l’heure actuelle, les Léopards qui n’ont plus leur identité d’un passé lointain, ne font plus peur aux adversaires comme en témoignent leurs derniers résultats. Ainsi, à la quête de la formule idéale pour bâtir un groupe, encore en chantier et appelé à semer  la terreur sur son passage, Hector Cuper devrait se mettre à fond au travail pour se doter d’une ossature capable de cracher le feu pour la suite de la compétition. A commencer par les Baréas de Madagascar, prochains adversaires des Congolais, en octobre prochain pour le compte de la 3ème journée du groupe J de ces éliminatoires en vue de ne pas compromettre les chances de onze national de la RDC pour la suite de la compétition. ACP/Awa