Appel à l’assiduité à la formation des cadres et agents du secrétariat général des EPME

0
406

Kinshasa, 09 septembre 2021 (ACP). Le secrétaire général à l’Entrepreneuriat, petites et moyennes entreprises, Joseph Lunanga a appelé, mercredi, les cadres et agents de son secrétariat à l’assiduité au travail, à l’occasion de l’ouverture d’un séminaire de formation organisé par ledit ministère en collaboration avec la Fondation Hanns Seidel (FHS) dans la salle de formation de cette organisation dans la commune de Gombe.

« Sans formation, il n’y a pas développement ; par cette formation les cadres et agents seront outillés à répondre aux missions qui leurs sont assignées à savoir encadrer, accompagner, promouvoir et protéger les EPME », a dit M. Lunanga.

Il a porté à la connaissance des participants que le secrétariat général, c’est l’administration que nous construisons petit à petit, avant de les appeler à l’assiduité pour l’acquisition des capacités devant leur permettre d’être à la hauteur de former et encadrer les PME.

Selon lui, le gouvernement a besoin que les PME puissent travailler pour le développement de la RDC. « Nous devons nous former pour être cohérent, rationnel avant d’aller vers les autres », a-t-il renchéri.

Pour la chargée du programme de la FHS, Mme Fyfy Falasi qui a pris la parole au nom du représentant résidant de la fondation, l’entrepreneuriat demeure l’un des moteurs de la croissance économique et du développement.

« C’est grâce à l’entrepreneuriat et l’apport des micros entreprises ainsi qu’à leur dynamisme que certaines nations dont l’Allemagne sont actuellement comptées parmi les pays industrialisés ; la profonde mutation que connait la société sur les plans politique, économique, social, culturel et environnemental ont un incident sur l’écosystème entrepreneurial », a affirmé Mme Falasi qui souligne que cette formation vient à bon point du fait qu’elle vise les agents et cadres du secrétariat général des EPME qui sont des acteurs majeurs pour assurer l’encadrement et l’accompagnement des PME.

Elle a salué, à l’occasion, les partenariats scellés entre le secrétariat général des EPME et la fondation Hanns Seidel, précisant qu’ensemble ils vont relever les défis de l’entrepreneuriat et la création des classes moyennes congolaises.

Le professeur Claude Sumata qui a résumé les modules de la formation, a démontré comment les entreprises des petites tailles sont prédominant dans les pays développés, au Congo la productivité est faible, raison pour laquelle il a demandé à l’Etat congolais d’intervenir pour soutenir les PME, de manière que le climat des affaires soit favorable.

Les avis des intervenants à la formation

Par ailleurs, plusieurs intervenants ont abordé plusieurs thèmes nécessaires à la formation des participants sur les missions d’encadrement, promotion, accompagnement et protection des EPME.

Paulin Zabudi qui s’est appesanti sur l’écosystème, a démontré son importance pour l’émergence des PME en RDC en indiquant que tous les PME doivent s’appuyer sur les quatre piliers, à savoir la production, la transformation, le commerce et le service.

Pour lui, il ne faut pas faire l’entrepreneuriat de substance mais plutôt l’entrepreneuriat de croissance ou il y a l’échange avec les autres.

De son côté, M. Thomas Tshibasu qui a planché sur les procédures de base pour la création et la gestion d’une PME, PMI et artisanat, a fait savoir que la promotion et encadrement des PME commencent par la procédure théorique.

Celle-ci part d’une idée pour élaborer un projet et le traduire sur le plan pratique. « Lorsqu’on a déjà un plan d’affaire traduit sur le fait, on peut créer physiquement d’entreprises en allant vers les structures chargées de la création de l’entreprise, notamment le guichet unique en général le Registre de commerce immobilier pour être enregistré », a-t-il fait savoir.

Pour M. Jule Petit Tahata, chef de division et coordinateur de la cellule technique d’appui du secrétariat général des EPME, le travail de la mise en place de la vision sectorielle du ministère et le programme national pour le développement de l’entrepreneuriat au Congo (PRONADEC) se résument par les trois C. Le C comme capacitation, crédit et contrat. Tous les trois représentent trois défis majeurs qui empêchent les PME et le surcroit la classe moyenne nationales d’émerger.

ACP/ZNG/NKV/MNI