Le Liban se dote d’un nouveau gouvernement, après plus d’un an d’attente

0
243
Lebanon's Prime Minister-Designate Najib Mikati arrives to meet with Lebanon's president Michel Aoun at the presidential palace in Baabda, Lebanon September 10, 2021. REUTERS/Mohamed Azakir

Kinshasa, 11 septembre 2021 (ACP) – Treize mois après la démission du cabinet de Hassan Diab, le Liban s’est doté vendredi 10 septembre d’un nouveau gouvernement présidé par l’homme politique et homme d’affaires sunnite Najib Mikati. Il est composé de 24 ministres, répartis à parts égales entre chrétiens et musulmans, ont rapporté samedi les médias internationaux.

Les sources soulignent qu’il a fallu quarante-cinq jours après sa désignation, pour que Najib Mikati parvienne à réussir là où Saad Hariri a échoué et, avant lui, l’ambassadeur Moustapha Adib.

L’homme d’affaires et député de Tripoli, qui occupe le poste de Premier ministre pour la troisième fois, a réussi à surmonter un à un tous les obstacles qui entravaient la formation du gouvernement et qui ont failli à plusieurs reprises bloquer le processus.

Les négociations ardues ont buté sur le partage des portefeuilles, le choix des ministres et, enfin, sur ce fameux tiers de blocage qui permet à celui qui le détient d’exercer une influence décisive au sein de l’exécutif.

Le président Michel Aoun était soupçonné par ses détracteurs de vouloir obtenir le tiers des portefeuilles. Finalement, dans le cabinet Mikati aucun parti ne dispose à lui seul de cette minorité de blocage, selon le Premier ministre.

Le nouveau gouvernement hérite d’un pays exsangue, frappé par une des pires crises économiques au monde depuis 170 ans, victime de pénuries de carburant, de médicaments et de certaines denrées alimentaires et au bord du chaos total. ACP/Zng/Fmb/Cfm