La ministre des Mines en appelle au respect du code et règlement miniers

0
169

Kinshasa, 13 septembre 2021(ACP).- La ministre des Mines, Antoinette N’Samba Kalambayi a appelé les cadres de l’administration et des services spécialisés provinciaux de son ministère au niveau provincial, au respect du code et règlement miniers, au cours d’un échange avec eux au gouvernorat de la province de Lualaba, a appris l’ACP lundi dudit ministère.

Au cours de cette rencontre, les agents et cadres de l’administration des Mines et ceux de services spécialisés de la province ont relevé les maux qui rongent le secteur minier et formulé des recommandations au gouvernement pour l’harmonisation des rapports.

Ces agents et cadres du secteur minier ont plus décrié la présence clandestine des expatriés dans les sites miniers artisanaux et l’exploitation illicite des minerais.

A cet effet M. Georges Nyembo, directeur provincial du Service d’assistance et d’encadrement de l’exploitation minière artisanale et à petite échelle (SAEMAPE) a révélé à cette occasion qu’il existe 50 sites miniers artisanaux dont 40 légaux et 10 irréguliers.

En réponse à cette situation, Antoinette N’Samba Kalambayi, a rappelé à tous les cadres que la loi en la matière doit être appliquée. « La loi est dure mais c’est la loi », a-t-elle dit avant de rappeler aux responsables de différents services de prendre leurs responsabilités pour le respect du code et règlement miniers pour que les richesses minières puissent participer effectivement au développement du pays. La Patronne des Mines a également montré l’importance de la création et gestion des coopératives par les congolais.

Concernant le  Cadastre minier (CAMI), Antoinette N’Samba a, séance tenante,  instruit le directeur provincial de cet établissement, de veiller à l’octroi des titres miniers pour éviter l’exploitation illégale des minerais.

La ministre a, en outre,  relevé que dans un délai court, les responsables provinciaux de services spécialisés du ministère des Mines (CEEC, CAMI, SAEMAPE) ont été instruits par la ministre de ce secteur pour se réunir en vue d’harmoniser et suivre toutes les recommandations formulées.

Visite de l’ITIE-RDC et entreprises minières

Par ailleurs, la ministre des Mines, Antoinette N’samba Kalambayi, a participé samedi à l’hôtel Kampi ya Boma dans la ville de Kolwezi, au lancement des travaux de l’atelier d’ITIE-RDC dont le démarrage a été donné par le ministre d’État en charge du Plan et président exécutif du Comité de l’ITIE-RDC, Christian Mwando N’simba.

Ces assises vont se focaliser sur la dissémination du rapport assoupli de l’TIE-RDC, avant que la Patronne des Mines  effectue une ronde dans les entreprises minières et sites miniers pour s’imprégner des conditions de travail. A cet effet, elle a visité successivement le site Mutanda mining,  le Centre de Musompo, l’entreprise Cooper Smelter (LCS) et  Kamoto Copper Company.

La ministre des Mines a également visité la société du groupe Glencore  où, Yves Ilunga Chef de l’exécutif de la société lui a rassuré  du respect du code minier et du code du travail ainsi que la sécurité des agents au sein de son entreprise. Celle-ci, a-t-il dit, compte 2.600 agents dont 20% sont expatriés et 1.000 dans la sous traitence. La ministre a, à cet effet, exigé un traitement digne de la communauté locale afin que cette dernière bénéficie véritablement des richesses exploitées, avant de demander à l’entreprise minière Mutanda de lui présenter par écrit, ses différentes réalisations en faveur des habitants de ce coin.

Au niveau de l’entreprise Cooper Smelter, (LCS) la ministre a été saisie, après un passage au Centre de Musompo, par les agents qui ont déploré les cas de coupure  intempestive de l’énergie électrique et plaidé pour l’amélioration de leurs conditions de vie. Selon ces derniers, les doléances liées à l’amélioration des conditions de travail étaient à la base de la grève au mois de juin dernier laquelle a impactée négativement sur la production de l’entreprise.

A ce sujet, les responsable de LCS ont rassuré la ministre que les conditions des travailleurs ont été améliorées. « Aujourd’hui, un huissier perçoit  400$ » a affirmé un responsable de l’entreprise.

Profitant de l’occasion, le numéro 1 des Mines a fustigé la vidéo virale ayant fait le tour du monde montrant un  congolais tabassé par un militaire dans l’enceinte de cette l’entreprise.

La société Kamoto Copper Company a constitué la dernière étape  de la visite du ministre des Mines où elle a  demandé aux responsables de poser des actes à impact visible sur la population.Elle a également appelé les responsable au respect du Code et règlement miniers, avant de les informer du prochain arrêté interministériel de 0,3% du Fonds minier pour les générations futures qui sera signé conjointement par les ministère des Affaires sociales et son ministère.

 La société Kamoto Copper Company est spécialisée dans  l’exploitation et la production du Cuivre et du Cobalt. Elle produit plus de 300.000 tonnes de Cuivre et  30 000 tonnes de Cobalt par an et dispose de plus de 4.000 agents congolais, 1.500 expatriés et 12.000 avec le contrat de sous-traitance, rappelle-t-on.  ACP/Kayu/JFM/MNI