Patrick Muyaya et l’ambassadeur de Belgique en RDC examinent la situation de la presse congolaise

0
161

Kinshasa, 14 septembre 2021 (ACP).- Le ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya Katembwe, s’est entretenu, mardi, avec l’ambassadeur de Belgique en RDC, Johan Indekeu, sur la situation de la presse congolaise, en général, et de la Radiotélévision nationale congolaise (RTNC), en particulier. « Vous le savez comme moi que la Belgique est très engagée dans la défense des droits des journalistes. Je suis venu vers le ministre pour en savoir plus sur les instruments qu’il a mis en place pour professionnaliser le métier de journaliste, mais aussi donner les capacités et les possibilités de bien exercer ce métier », a déclaré le diplomate belge à l’issue de l’audience.

Johan Indekeu a affirmé, s’agissant de la RTNC, que le Royaume de Belgique est disposé à accompagner le ministre Muyaya pour sa modernisation, afin que ce média public atteigne bien ses missions, surtout celle d’informer les Congolais au quotidien, sans arrêt. « Les prémisses sont bonnes, car une coopération équilibrée entre la République Démocratique du Congo et la Belgique s’annonce fructueuse dans le secteur médiatique et communicationnel », a-t-il dit.

Pour sa part, le ministre Patrick Muyaya a indiqué avoir discuté avec son hôte autour des efforts fournis pour assurer un meilleur exercice de la liberté de la presse en République démocratique du Congo. Cela va se cristalliser, a-t-il estimé, par les états-généraux de la presse projetés dans les jours qui viennent.

Redorer l’image de la RDC à l’intérieur et à l’extérieur, une préoccupation de Patrick Muyaya

Par ailleurs, a conclu le ministre de la Communication et médias, porte-parole du gouvernement, « il est important aujourd’hui que le Congo soit perçu différemment parce que nous sommes perçus comme un pays à problème. Or, nous sommes un pays-solution sur les problèmes de l’humanité, notamment en ce qui concerne le climat, les énergies renouvelables et la transition écologique. Nous voulons que les belges avec qui nous avons une histoire commune puissent être au courant de notre nouvelle stratégie. Nous voulons qu’ils puissent faire le relais de ce qu’ils voient et qui marche ».

ACP/