Tenue à Kinshasa d’un atelier sur la restitution des résultats des cadres intégrés de classification de la sécurité alimentaire

0
51

Kinshasa, 15 septembre 2021 (ACP).- Le ministère de l’Agriculture, en collaboration avec le programme alimentaire mondial (PAM), l’Organisation des Nations unies pour l’alimentation et l’agriculture (FAO), a tenu lundi dernier un atelier sur la restitution des résultats des cadres intégrés de classification de la sécurité alimentaire (IPC), a appris l’ACP dans un article publié mercredi par le PAM.

Ce rapport de l’IPC, dont l’étude a été menée du 18 février au 4 mars 2021, révèle que 27,3 millions de personnes sont victimes de l’insécurité alimentaire élevée en RDC.

De février à juillet 2021, 27,3 millions soit 28% de la population analysée en besoin d’une intervention urgente, environ un tiers de la population analysée se trouve en situation d’insécurité alimentaire aiguë élevée, dont 6,7 millions (6,96% de la population analysée) en urgence.

Le chiffre le plus élevé de la population en insécurité alimentaire aiguë a connu son pic en septembre 2020, une période qui a coïncidé avec l’avènement de la pandémie de la Covid-19, obligeant les autorités de mettre en place des mesures de restriction.

Même si la situation reste alarmante, l’analyse de l’IPC de mars 2021 (28% de la population analysée en crise et urgence) présente une légère amélioration de la situation par rapport à celle de juillet 2020 (33% de la population analysée en crise et urgence) », indique le rapport.

Les provinces qui ont le plus besoin d’une assistance alimentaire sont le Kasaï Central, l’Ituri, le Kasaï et le Kwango.

La sévérité majeure (par prévalence de populations en insécurité alimentaire aiguë élevée, se trouve principalement dans les provinces du Kasaï Central (51% de la population analysée), de l’Ituri (50% de la population analysée), du Kasaï (49% de la population analysée), du Kwango (40% de la population analysée), du Tanganyika (39% de la population analysée), du Kasaï Oriental (38% de la population analysée), du Nord-Kivu et du Maniema (30% de la population analysée dans ces deux provinces).

ACP/ODM/GGK/LYS