Le Premier ministre dépose le Projet de Budget 2022 à  l’Assemblée nationale

0
438

Kinshasa, 16 septembre 2021 (ACP).- Le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, a déposé,  mercredi, le Projet de Budget 2022 auprès du Président  de l’Assemblée nationale, Christophe Mboso N’ Kodia.

Le Premier ministre a indiqué, à l’issue de cet exercice, que le gouvernement, épris de principes de bonne gouvernance, tenait au respect de la date du dépôt, en l’occurrence le 15 septembre, conformément à l’article 126 de la Constitution.

« Premièrement, je voudrais affirmer ici que ce 15 septembre, je suis venu, en tant que Premier Ministre, accompagné les membres du gouvernement, pour assister à l’ouverture de la session parlementaire de septembre, session qui se veut budgétaire. A cette occasion, nous avons voulu respecter les prescrits de la constitution. C’est l’article 126 qui demande au Gouvernement de la République de déposer le Projet de loi de Finances au plus tard le 15 septembre de l’année d’avant l’exercice budgétaire », a-t-il déclaré.

Le chef du gouvernement a souligné, à cette occasion, que ce Projet de Budget 2022 est présenté en équilibre, en recettes et en dépenses, à hauteur de 20.682,6 milliards de FC (environ 10,3 milliards USD), soit un taux d’accroissement de 41,5% par rapport au Budget de l’exercice 2021 chiffré à 14.620,5 milliards de FC, ajoutant que pour se conformer à la loi, le gouvernement a également déposé des textes d’arriérés qui auraient dû être déposés plus tôt, notamment la reddition des comptes pour l’année 2020 ainsi que la loi rectificative 2021.

« Les efforts accrus que le Gouvernement et tous les acteurs de la classe politique et de la classe économique sont en train de fournir, pour l’accroissement des recettes, nous avons, particulièrement, cette année, des recettes qui vont dépasser les attentes budgétaires », a-t-il fait savoir.

Par ailleurs, le chef de l’Exécutif national a précisé, à propos des priorités du Projet de Budget 2022,  qu’elles restent les mêmes que celles édictées dans le cadre du Programme du gouvernement, adopté au mois d’avril dernier, à savoir la sécurité, le social de la population, notamment avec la santé et l’éducation, ainsi que la tenue des élections en 2023.

« La hauteur du budget est de plus 20 mille milliards de francs congolais. C’est un accroissement de plus ou moins 40 %, par rapport à l’exercice budgétaire 2021 qui, lui, était d’un peu plus de 14 mille milliards. Et, en termes d’accroissement pour la loi rectificative pour l’année 2021, c’est à peu près un accroissement de 13 %. Nous sommes plus ou moins, d’après moi, sur la bonne lancée. Et nous allons continuer à travailler dans ce sens, sous l’impulsion, bien sûr, du Président de la République », a conclu le Premier ministre.

La loi de Finances rectificative 2021, adopté également en Conseil des ministres du vendredi 10 septembre dernier, est présenté en équilibre, en recettes et en dépenses, à hauteur de 16.621,6 milliards de FC, dégageant un taux d’accroissement de 13,7% par rapport au budget initial chiffré à 14.620,5 milliards de FC, précise-t-on.

Le Premier Ministre s’est fait accompagner, au Bureau de l’Assemblée nationale, de quelques membres de son gouvernement, dont le ministre du Plan, Christian Mwando, le Ministre du Budget, Aimé Boji, la ministre du Portefeuille, Adèle Kayinda, le vice-Premier ministre de la Fonction Publique, Jean-Pierre Lihau, et du ministre des Droits humains, Albert Fabrice Puela.

ACP/