Bahati Lukwebo invite le Sénat à se doter d’une nouvelle stratégie de communication

0
171

Kinshasa, 17 septembre 2021(ACP).-  Le président de la chambre Haute du Parlement, Modeste Bahati Lukwebo a invité le Sénat à se doter d’une nouvelle stratégie de communication, dans le cadre de son programme dénommé « le Sénat se réforme » qu’il entend imprimer à cette institution.

Modeste Bahati qui l’a indiqué mardi, lors de la présentation dudit programme, a donné trois raisons qui soutiennent cette proposition.

Selon Bahati Lukwebo, la première raison est que le monde actuel est une société de communication.

« Une institution doit avoir, d’une part une identité professionnelle, et d’autre part, une stratégie de communication descriptive, narrative, synthétique et pédagogique », a-t-il dit.

La deuxième raison est que le Sénat est aujourd’hui une institution combattue, de plus en plus confrontée à la remise en cause de sa légitimité.

A cet effet, a-t-il souligné, le Sénat doit réagir et convaincre en expliquant des lois qu’il élabore ou qu’il vote, en justifiant l’utilité républicaine de son existence.

« Cela implique une stratégie de communication et de sensibilisation », a-t-il affirmé.

Il a proposé, pour ce faire, l’organisation des visites au Palais du peuple, l’accès aux travaux et documentaires parlementaires du Sénat, une présence proactive sur les réseaux sociaux l’organisation d’événements ou le développement d’actions pédagogiques à destination notamment des élèves, des étudiants, des chercheurs etc.

« Eu égard aux critiques mettant en cause son utilité, son efficacité, sa représentativité, son coût financier etc., a-t-il indiqué, le Sénat doit expliquer sans relâche, voire riposter et tout ceci demande une communication vigilante et réactive », a-t-il donné comme 3ème raison pour laquelle la communication est une nécessité pour le Sénat.

Le projet « Le Sénat se reforme » est soutenu et accompagnée par le Programme des Nations unies pour le développement (PNUD).

Pour la numérisation du Sénat

Le président de la chambre Haute du Parlement, Modeste Bahati Lukwebo a également proposé de relever le défi du numérique au Sénat afin de moderniser le travail des sénateurs.

Modeste Bahati Lukwebo a, pour ce faire, suggéré la mise en place d’une Commission informelle du numérique sous la forme d’une espèce de « Shadow Commission » où les sénateurs intéressés pourraient s’y impliquer pour un travail régulier, technique et exigeant de virage numérique du Sénat en attendant la mise en place d’une « Commission du Numérique ».

D’après Modeste Bahati, cette Commission du Numérique devra travailler longuement afin d’étudier tous les besoins des sénateurs et de trouver des solutions pratiques, simples et usuels pour leur faire gagner du temps dans les séances plénières ainsi que lors des travaux en commissions, mais aussi dans la préparation de ceux-ci.

Dans l’immédiat, il a proposé la mise en place d’un système de vote et de demande de parole par boîtier électronique. Dans l’avenir, il sera opéré une mutation du système de vote et de prise de parole par visioconférence.

« Le vote électronique s’inscrit dans une démarche de digitalisation et de simplification de la collecte des bulletins de vote. Il permet aussi, de minimiser le nombre d’erreurs humaines lors du contrôle des votes, mais aussi de se libérer de la fastidieuse tâche du dépouillement », a-t-il souligné, ajoutant qu’il permet un gain de temps. ACP/Cfm/Nig/Nmg/Sgb