Le ministre Muyaya échange avec le collectif des correspondants congolais de la presse internationale

0
236

Kinshasa, 17 sept. 2021 (ACP).- Le ministre de la Communication et médias, Patrick Muyaya Katembwe, a échangé, jeudi, avec les correspondants congolais de la presse internationale sur leur travail au quotidien ainsi que sur le traitement dégradant qu’a subi le correspondant de Radio France Internationale (RFI) à Kinshasa et directeur du média en ligne Actualité,  Patient Ligodi d’Actualité.cd et correspondant de RFI à Kinshasa, lors d’une marche de l’opposition.

«Nous sommes venus exprimer notre désapprobation par rapport à la brutalité avec laquelle notre confrère Patient Ligodi  de Radio France Internationale a été traité lors de la manifestation de l’opposition, mercredi dernier», a dit le porte-parole du Collectif, Bienvenu Bakumanya.

Tout en condamnant cet acte, commis par un policier de rang, le Collectif a exigé également que son commandant soit interpellé  et poursuivi pour que cela serve d’exemple.

Le collectif a aussi salué la réaction du ministre Patrick Muyaya.

«Le ministre Muyaya nous a promis qu’il va sensibiliser les responsables de la police pour que les orientations claires soient données aux policiers pendant leurs opérations et qu’ils sachent que le journaliste est libre d’exercer son travail lorsqu’il est sur le terrain. Qu’il n’y ait pas d’entrave. Au contraire, ce sont les policiers qui doivent accompagner les journalistes », a dit le porte-parole de ce collectif.

Les bonnes conditions de travail préoccupent également ces Congolais qui coopèrent ou œuvrent pour les médias étrangers.

«Même si nous travaillions pour les médias européens, américains et asiatiques, nous sommes d’abord des Congolais. Nous avons sensibilisé notre gouvernement sur certains problèmes que nous pouvons avoir dans nos relations avec nos  employeurs», a-t-il conclu.

Le journaliste couvrait une manifestation de l’opposition interdite par le gouverneur de la ville de Kinshasa. Cette manifestation populaire était organisée à Kinshasa et dans les provinces par les leaders de la plateforme d’opposition LAMUKA pour s’opposer à un possible report des élections prévues fin 2023 en République démocratique du Congo (RDC) et à la politisation de la Commission électorale nationale indépendante (CENI). ACP/ZNG/NKV/MNI/SGB