Ituri : L’IPFI alerte sur le détournement présumé de 63.524,63 USD à l’unité de surveillance du lac Albert

0
85

Bunia, 21 septembre 2021(ACP).- L’Inspection provinciale de finances de l’Ituri (IPFI) alerte sur le coulage des recettes provinciales de l’ordre de 63.524,63, soit 124.049.250,00 francs congolais à l’unité provinciale de surveillance et de suivi de la gestion durable de la pèche et de l’aquaculture sur lac Albert, dans son rapport circonstancié du contrôle sur la gestion financière de recettes de l’Ituri au niveau de ce service public provincial transmis au gouverneur militaire, dont une copie est parvenue mardi à l’ACP.

D’après les conclusions du présent rapport des enquêtes menées de janvier au 31 juillet 2021 par l’IPFI, sur base de trois (3) rapports lui présentés par ce service public provincial ainsi que le projet LEAF II, il en résulte que les dépenses ont été irrégulièrement effectuées à la source.

La source souligne que cet état de chose porte atteinte aux intérêts publics de l’Etat par le coulage des recettes publiques de la province constituant donc une érosion fiscale au bénéfice des individus et au préjudice de l’État.

« Il ressort de ces trois rapports que depuis le 15 Janvier 2021 au 31 Juillet 2021 l’unité de surveillance du lac Albert a déclaré : les recettes : USD 61.518,77, Dépenses : USD 54.182,26, Solde : USD 7.336,51. Il est à noter ces montants sur les recettes de USD 61.518,77, un gros montant de USD 54.182,26 a été consommé à la source en termes de coulages de recettes, dépenses prohibées et irrégulièrement justifiées. C’est du coulage, au mieux le détournement », précise l’inspecteur provincial des Finances adjoint, Me David Mokili Mungunuti dans sa note à l’autorité provinciale.

L’IPFI relève que rien ne peut justifier les dépenses bousillées suivant l’arrêté portant création de l’unité de surveillance du lac Albert où nulle part il n’est reconnu à ce service public provincial d’utiliser les recettes provinciales à la source, parce que les articles 21,22 et 23 de cet arrêté disposent que l’unité de surveillance bénéficie d’une dotation et de moyens logistiques spécifiques de fonctionnement à la réalisation de sa mission de l’Etat, la province et les partenaires.

En conséquence, au regard des dispositions évoquées, tous les justificatifs (pièces ou déclarations) présentés par ce service pour justifier le coulage et gardé à l’IPFI sont irrecevables.

« La chose la plus grave est qu’avec nos contrevérifications l’unité de surveillance du lac Albert a procédé par coulage de recettes de l’ordre de 63.534,63 USD alors que sur son rapport écrit il ressort un mensonge car ayant déclaré avoir dépensé à la source 54.182,26 dollar américain contrairement aux coulages de 63.524,63 USD contrevérifié », renseigne la source.

Au regard de ces faits graves, l’IPFI propose au chef de l’exécutif provincial la mise à l’écart de certains animateurs de ce service public provincial afin que ceux-ci répondent de leurs actes devant la justice.

Les animateurs de l’unité  de surveillance du lac Albert soupçonnés  par  l’IPFI de participer au coulage des recettes provinciales sont; le coordonnateur de l’unité de surveillance Floribet Buju, son adjoint Sarah Dramani, Baudoin Thokerong’a, Bahati Kivi, Bedijo Urebi, Ucircan Merumbe et Asimwe Ngona, respectivement coordonnateurs de ce service public en territoire d’Irumu, Djugu, Mahagi, coordonnateur territoire adjoint Mahagi, chef d’unité de patrouille Djugu sud/Tchomia, renseigne la source.

ACP/Zng/RN/Fmb/Thd/Nng/SGB/TKM