Les femmes parlementaires provinciales et le Centre Carter échangent sur les mécanismes des droits de l’homme de l’ONU

0
92

Kinshasa, 22 septembre 2021 (ACP).- L’ONG « Centre Carter », dans son programme Voix et leadership des femmes (VLF),  et le Centre pour les droits civils et politiques (CCPR), ont organisé, mardi à Kinshasa, un atelier d’échanges avec les femmes parlementaires provinciaux sur les mécanismes de protection des droits de l’homme des Nations Unies et des recommandations du Comité pour l’élimination de la discrimination à l’égard des femmes (CEDEF).

Au cours de cette rencontre, ces femmes parlementaires ont passé en revue les recommandations prioritaires du CEDEF, à savoir la fourniture des ressources suffisantes pour la mise en œuvre du 2ème Plan d’action national visant à appliquer la résolution 1325 du Conseil de sécurité de l’ONU, la surveillance et le recensement des violences sexuelles et sexistes dans les zones de conflits, ainsi que l’amélioration de la collecte des données et des statistiques fiables sur les cas de violences sexuelles liées aux conflits commises par les militaires, la police et les groupes armés.

Le Centre Carter a également rappelé aux femmes parlementaires provinciales leur rôle au niveau de leurs entités respectives afin d’accélérer la mise en œuvre de toutes ces recommandations.

Ces femmes parlementaires issues de cinq provinces de la RDC : le Haut-Uélé, le Bas-Uélé, le Kasaï Central, Kinshasa et le Kwilu, sont regroupées dans un réseau des femmes élues provinciales et locales (REFEPL). Elles militent pour une meilleure promotion du leadership féminin et contre toutes les formes de violences faites à la femme et à la jeune fille.

Selon Mme Paola Barioli, chargée de communication du Centre pour les droits civils et politiques, une ONG basée à Genève, la matinée d’échanges avait pour but de renforcer les connaissances des femmes parlementaires provinciales sur les mécanismes des droits de l’homme des Nations Unies et les recommandations pour la RDC afin de favoriser la mise en œuvre des recommandations formulées à la RDC. Elle s’est réjouie d’une collaboration pour les années à venir.

Du côté des femmes parlementaires, la présidente du REFEPL, la députée provinciale, Kyet Mutinga, a affirmé que le réseau accordera toujours son soutien à toute action qui vise à éradiquer toutes formes de violences dont les femmes sont victimes en RDC.

Auprès du partenaire, les femmes parlementaires ont plaidé pour obtenir des séances de formation sur le renforcement des capacités des femmes élues et sur le leadership féminin dans la gestion des affaires locales. Elles ont également évoqué le mauvais état des infrastructures dans plusieurs provinces qui ne favorise pas aux femmes élues à mener des actions de vulgarisation sur la loi 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies dans chaque province de la RDC.

Le programme Voix et leadership des femmes (VLF) en RDC, financé par les affaires mondiales du Canada et exécuté par le Centre Carter, vise à accroître la jouissance des droits fondamentaux des femmes et des filles, et à faire progresser l’égalité des sexes en RDC.

ACP/ODM/LYS/SGB/TKM