Les réserves de change servent à stabiliser la monnaie nationale, selon un expert

0
82

Kinshasa, 22 septembre 2021 (ACP).- Les réserves internationales de change  servent à stabiliser la monnaie nationale et à payer la dette publique (capital et intérêt), a indiqué lundi un expert en économie qui réagissait face à  l’exploit réalisé par le gouvernement de la République démocratique du Congo (RDC), ayant permis  de disponibiliser 3,3 milliards de dollars américains (USD) de réserves en devises.

Selon cet expert, qui s’est confié à l’ACP, les réserves internationales de change permettent, outre la stabilisation de la monnaie nationale, le Franc congolais (FC), mais aussi à payer les dettes extérieures à l’échéance. « Ce sont des devises que l’on détient à l’excédent qu’on peut utiliser au moment où les cours baissent ou lorsqu’on doit faire face au paiement à l’extérieur », a ajouté l’expert en économie.

Selon lui, les réserves de change qui ont réellement augmenté, donnent actuellement la possibilité à la BCC de stabiliser le FC étant donné que la RDC se trouve dans un système du taux de change flottant ou flexible, avant d’ajouter que l’accroissement des réserves internationales n’est pas synonyme de développement de l’économie.

Il a fait remarquer qu’actuellement en RDC, 4 (quatre) provinces sur 21 (vingt et une) peuvent vivre d’elles-mêmes, tandis que les autres ne vivent que grâce à la rétrocession.

Evoquant le cas de l’évolution positive de la loi des Finances 2022 par rapport aux précédentes, l’expert en économie a relevé que tout gouvernement à des ambitions, mais il faudra qu’elles soient en projets bien chiffrés après les études de faisabilité.

Le pays connait souvent des improvisations au niveau de l’Assemblée nationale où chaque député cherche à faire passer un projet de sa circonscription électorale même sans études de faisabilité, a-t-il précisé, en recommandant la discipline budgétaire pour faire éviter à l’Etat les dépassements dans la consommation des crédits alloués aux entités ou aux unités de production. « Les pays qui se sont développés procèdent par la planification des besoins, ce, en fonction de leurs rentabilité », a-t-il conclu.

ACP/ODM/LYS/SGB/TKM