Revue de presse du mercredi, 22 septembre 2021

0
289

L’adresse du Chef de l’Etat et président en exercice de l’Union africaine (UA) Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo à la tribune desNations Unies à New York, aux Etats-Unis, est à la « Une » des journaux parus mercredi à Kinshasa.

ACP met en exergue les vœux du continent africain d’être représenté aux Nations Unies. La presse officielle écrit notamment que  le Président de la République et Président en exercice de l’Union africaine, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo a réitéré les vœux du continent africain d’être représenté au Conseil de sécurité des Nations unies, par deux sièges supplémentaires dans la catégorie des membres non permanents et de deux autres dans celle des membres permanents avec les mêmes droits, y compris celui de véto, les mêmes privilèges et obligations que ceux des membres permanents actuels.

Le Chef de l’Etat l’a répété, souligne l’agence nationale, dans son discours prononcé mardi, du haut de la tribune des Nations Unies à New York à l’occasion de la 76e Assemblée générale de cette organisation, tout en précisant que cette position commune africaine a été arrêtée par les Chefs d’État et de Gouvernement et elle est contenue dans le consensus d’Ezulwini et dans la Déclaration de Syrte.

Pour le Président en exercice de l’Union africaine, il s’agit d’une question d’efficacité de l’ONU et de justice à rendre à un continent, mieux à un pan entier de l’humanité dont le rôle ne cesse de s’accroître chaque jour davantage dans la conduite des affaires internationales. « Les Nations Unies commettraient une faute politique grave en restant toujours dans la rationalité des rapports de force issus de la guerre mondiale de 1940-45, il y a 76 ans », a-t-il souligné.

En ce qui concerne l’irréversibilité du processus de démocratisation en Afrique, le Président Félix Tshisekedi a fait savoir que, des crises politiques qui ont éclaté ces derniers temps, dans quelques États en Afrique ne peuvent pas occulter les énormes progrès accomplis par la majorité des pays africains en matière de démocratie et de bonne gouvernance.

« Je voudrais rassurer la communauté des Nations que le processus de démocratisation reste irréversible en Afrique. Les soubresauts du moment ne sont que les avatars d’un processus démocratique laborieux, certes, mais qui se construit avec le temps et pierre par pierre », a-t-il dit.

Dans un autre chapitre, la presse officielle souligne la nécessité exprimée par le directeur général de l’ICCN pour le développement de l’écotourisme au parc marin des mangroves à Muanda. En effet, le directeur général de l’Institut congolais pour la conservation de la nature (ICCN), Olivier Mushete, a exprimé la nécessité de développer l’écotourisme au parc marin des mangroves à Moanda, dans la province du Kongo-Central, dans une interview qu’il a accordée mardi à l’ACP, à l’aéroport international de N’Djili.

Olivier Mushete qui revenait d’une mission officielle de 3 jours dans la ville côtière de Moanda, située à l’embouchure du fleuve Congo, à quelque 600 kilomètres de Kinshasa, a relevé quelques priorités pour promouvoir les activités de ce parc, patrimoine mondial.

Il s’agit notamment de revoir le statut du personnel commis à ce site, dont l’effectif s’avère actuellement insuffisant pour couvrir les activités du parc avec ses 75 kilomètres carrés, initier l’écotourisme par la modernisation des voies d’accès comme les transports aérien, terrestre et ferroviaire, a-t-il précisé.

La Prospérité relève le cas d’un ancien commandant de la police urbaine de Kinshasa devenu aujourd’hui Docteur en criminologie. « Le Général Célestin Kanyama est désormais Docteur en Droit pénal et criminologie », écrit la consœur. L’ancien commissaire de la Police Nationale Congolaise ville-province de Kinshasa, le général Célestin Kanyama Cishiku Bilolo a soutenu sa thèse de doctorat publiquement le week-end dernier, à l’Université de Kinshasa, dans la salle de promotion Monseigneur Luc Guillon dans l’enceinte du bâtiment administratif.

 « Contribution à la construction d’une politique criminelle de lutte contre le phénomène Kuluna », est l’intitulé de son sujet d’études. Après débat et délibération avec les membres du jury, le récipiendaire a été proclamé par le recteur de cette alma mater, Daniel Ngoma ya Nzuzi, Docteur avec comme mention grande distinction.