Transports : bientôt la fermeture des ports illégaux et clandestins en RDC

0
92

Kinshasa, 22 septembre 2021 (ACP).- Le ministre des Transports, voies de communication et de désenclavement, Chérubin Okende Senga, a présidé mardi 21 septembre dans son cabinet de travail, une séance de travail axée sur la problématique de la fermeture des ports privés, a appris l’ACP mercredi  du ministère des Transports.

Selon la source, la convocation de cette réunion est consécutive à la détermination du Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo, qui a réitéré lors du dernier Conseil des ministres, sa volonté de fermer les ports privés et clandestins qui asphyxient l’économie nationale du pays.

Ces ports, indique la source, ont une incidence néfaste sur la compétitivité de la Société commerciale des transports et des ports (SCTP) dont les recettes proviennent principalement des activités portuaires, et a entrainé sa faillite.

C’est cette situation qui a poussé le Chef de l’Etat à instruire le vice-Premier ministre en charge de l’Intérieur, la ministre d’État en charge de la Justice et le ministre des Transports, voies de communication et de désenclavement, de produire un rapport circonstancié sur cette question, en vue de mettre fin à cette situation.

La source précise que le ministre Okende devra présenter ce rapport au prochain Conseil des ministres et qu’entre temps, des grandes décisions du ministre des Transports sont attendues dans les prochains jours, lesquelles mesures doivent assainir et mettre fin à l’anarchie et à la fermeture des ports illégaux et clandestins.

Ont pris part à cette séance de travail , le vice-ministre des Transports, le vice-ministre de l’Intérieur, le vice-ministre de la Justice, le secrétaire général aux Transports, la directrice de la marine,  l’Administrateur général de l’Agence nationale de renseignements (ANR), le délégué de la Direction générale des migrations (DGM), le Directeur général de la SCTP, le délégué de la Société nationale des chemins de fer du Congo (SNCC), le Commissaire général adjoint de la Police nationale congolaise, le chef d’Etat-major adjoint de la Force navale et le ban syndical de la SCTP, note-t-on.

ACP/ODM/LYS/SGB/TKM