Kasaï Oriental : 198 policiers formés en police de proximité déployés dans la commune de Dibindi à Mbuji-Mayi

0
85

Mbuji-Mayi, 24 septembre (ACP).- Cent quatre-vingt-dix-huit (198) policiers, formés durant 5 mois plus un mois de stage en police de proximité à l’école de police de Tshipuka, située dans le territoire Tshilenge, à 18 km au sud de la ville de Mbuji-Mayi, chef- lieu du Kasaï-Oriental, ont été déployés jeudi dans la commune de Dibindi, poste de leur détachement.

Ce déploiement a eu lieu au cours d’une cérémonie officielle marquant la clôture de leur formation, présidée sur le site de l’école de Tshipuka, par Mme Jeannette Longa Muswamba, gouverneure  intérimaire du Kasaï-Oriental, en présence de plusieurs personnalités politico-administratives, policières que militaires dont le commissaire divisionnaire Célestin Bengama, commissaire général adjoint en charge de la cellule de réforme de la PNC, ainsi que des délégués de l’ambassade des Etats- Unis d’Amérique en RDC.

A cette occasion, l’autorité provinciale a salué la formation de ces policiers qui va contribuer efficacement à l’amélioration des conditions de travail de la police, surtout au renforcement et au rétablissement de la paix et de la sécurité dans la ville de Mbujimayi, en proie à l’insécurité grandissante.

Elle a sollicité auprès des délégués de l’ambassade des Etats-Unis, qui a financé le projet police de proximité et professionnalisation de la police, à travers le bureau international de lutte contre les stupéfiants et l’application de loi (INL), son extension dans deux autres communes de la ville de Mbujimayi (Diulu et Kanshi), pour couvrir toute cette métropole.

Auparavant, le directeur de l’école de formation de Tshipuka, le commissaire supérieur principal Barthélemy Fariala, a appelé les récipiendaires à la mise en application des notions acquises. Celles-ci étaient axées sur la proximité, le partenariat, la prévention, résolution des problèmes, redevabilité et respect des droits humains.

Il les a ainsi exhortés de bannir des antivaleurs comme le vol, les assassinats, violence basée sur le genre, ivresse publique qui sont des maux souvent reprochés aux policiers. Barthelemy Fariala met en garde leurs auteurs qui seront traduits devant la justice militaire que civile. Un défilé des policiers a clôturé cette manifestation.

ACP/Kayu/SGB/NIG/Cfm