Une thèse sur les barrières à l’utilisation des services de contraception par les adolescents en RDC

0
176

Kinshasa, 24 sept. 2021(ACP)- Le chef de travaux Dieudonné Mpunga Mukendi a soutenu vendredi, dans la salle des promotions Mgr Luc Gillon, à l’Université de Kinshasa(UNIKIN), une thèse de doctorat  en médecine, intitulée « Barrières et leviers à l’utilisation des services  de contraception par les adolescents âgés de 15 à 19 ans, en République démocratique du Congo ».

Le récipiendaire a indiqué dans cette dissertation doctorale que le recours à la contraception protège contre la survenue des grossesses non désirées et leurs conséquences néfastes pour les adolescentes, les familles  et la communauté.

Il a visé  dans cette recherche, à déterminer les facteurs individuels, organisationnels et contextuels qui s’érigent en barrières ou leviers de l’utilisation des services de Planification familiale(PF)  et des méthodes contraceptives par les adolescents en RDC.

Le Dr Dieudonné Mpunga a dit avoir mené cinq études entre 2014 et 2018, dont la première était transversale, menée auprès de 943 adolescentes sélectionnées par échantillonnage aléatoire dans deux provinces.

La deuxième étude, a-t-il indiqué, était qualitative, réalisée sur 62 patients et sept enseignants du cours de l’éducation à la vie familiale , la 3ème et la 4ème études étaient transversales , conduites respectivement sur 1555 formations sanitaires (FOSA) sélectionnées par échantillonnage aléatoire et sur 61 FOSA disposant d’un service  de PF , tandis que la 5ème étude était réalisée dans 74 organisations impliquées dans la réglementation de la PF en RDC , en recourant aux méthodes mixtes .

Résultats de l’étude

Par ailleurs, le récipiendaire a relevé, dans les résultats de cette recherche doctorale, que l’abstinence périodique, les préservatifs masculins et les pilules étaient les méthodes contraceptives connues des adolescents et enseignants.

Il a précisé que sur  9 recommandations de l’OMS visant à garantir le respect des droits de l’homme, dans la fourniture d’informations et de services de contraception, une seule était pleinement intégrée et deux partiellement intégrées dans les documents de politiques sur la PF.

Les résultats de cette recherche, a-t-il soutenu,  ont montré que l’accès à la PF par les adolescentes fait plusieurs défis, notamment l’insuffisance  de la régulation, une offre insuffisante et de moindre qualité et une perception erronée sur la contraception.

L’impétrant a relevé la nécessité de poser des actions synergiques de renforcement de la régulation, d’extension des services conviviaux de planification familiale  couplée à la formation, au suivi des prestataires ainsi qu’à l’éducation de santé sexuelle.

Les professeurs  Gilbert Wembodinga Utshudienyama(promoteur ), Faustin Chenge Mukalenge, Roger Mbungu Mwimba , doyen de la faculté de médecine , Bernard Lututala Mumpasi, Thérèse Mambu , Dosité Ngo Bebe et Lokomba Bilamba , ont fait partie du jury examinateur de cette thèse.

Le secrétaire général chargé  de la recherche à l’UNIKIN, le Pr Antoine TshimpiWolaYaba, qui a présidé cette séance académique au nom du recteur, a salué la dimension multidisciplinaire de ce jury, compte tenu de la pertinence de ce sujet  relevant du domaine de la santé publique.

ACP/GGK