Revue de presse du lundi, 27 septembre 2021

0
148

Le séjour du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo aux Etats-Unis, les activités du Premier ministre Sama Lokonde et l’interview de l’inspecteur général de l’IGF Jules Alingeti sont les sujets d’actualité abordés par la plupart des journaux parus à Kinshasa.

ACP ouvre par la satisfaction des Etats-Unis d’Amérique sur les actions menées par le Président Félix Tshisekedi dans la région des Grands Lacs. Le secrétaire d’État américain Antony Blinken a informé, vendredi à New York, le Président Félix Tshisekedi du satisfecit des USA pour les actions entreprises par ce dernier, depuis son avènement, dans le renforcement des relations entre les pays de la région des Grands Lacs, écrit l’agence nationale qui souligne que «Le secrétaire d’Etat Blinken et le Président Tshisekedi ont discuté de l’avancement des priorités mondiales et régionales communes par le biais du partenariat privilégié pour la paix, la prospérité et la préservation de l’environnement entre les États-Unis et la RDC. Le pays veut intégrer la communauté économique de l’Afrique de l’Est. Il a signé des accords de coopération avec l’Ouganda, le Rwanda et le Burundi, depuis que Félix Tshisekedi est à sa tête », a notamment déclaré le porte-parole d’Antony Blinken, Ned Price.

Le Chef de l’État a exprimé, pour sa part, sa gratitude aux USA, notamment pour l’envoi des Forces spéciales américaines en RDC en vue du renforcement des capacités des FARDC engagées dans la lutte contre des forces terroristes dans la partie Est du pays, écrit la presse officielle.

L’agence nationale annonce également que le Premier ministre, Jean-Michel Sama Lukonde Kyenge, procédera bientôt à la mise en œuvre de la Couverture santé universelle en République démocratique du Congo. Le chef du Gouvernement s’est entretenu à la Primature, à ce sujet, avec le conseiller spécial du Chef de l’État en charge de la Couverture Santé universelle, Dr Roger Kamba, accompagné de la vice-ministre de la Santé, Hygiène et Prévention, Véronique Nkulu, et des membres du Bureau international du travail (BIT).

«L’opinion doit retenir qu’il y a un programme majeur du Président de la République, mis en œuvre par le Premier ministre au travers de ses ministres sectoriels, qui est celui de la Couverture santé universelle. Ce programme doit permettre à la plupart, pour ne pas dire à toute la population congolaise, d’avoir accès aux soins de santé de qualité et, surtout, sans se ruiner financièrement », a souligné, à l’issue de l’audience, Dr Kamba, cité par la presse officielle.

La Prospérité revient de son côté sur la désignation des animateurs de la Commission électorale nationale indépendante (CENI) et souligne que le Chef de l’Etat a renvoyé la balle aux confessions religieuses et à l’Assemblée nationale. «Si ça continue de coincer avec les confessions religieuses, qu’on interroge l’Assemblée nationale… J’ai donné des instructions au président de l’Assemblée nationale».

Face au journaliste congolais de la Voix de l’Amérique, le Chef de l’Etat de la RDC, Félix Tshisekedi, répondant à la question sur le retard constaté dans la désignation du président de la Commission électorale nationale indépendante (CENI), a carrément renvoyé la balle aux confessions religieuses et à l’Assemblée nationale d’achever cette mission dont la matérialisation serait un pas majeur vers la tenue des élections en 2023. « …Ce n’est pas une affaire politique, je le redis encore, c’est une affaire religieuse. Donc, ce n’est pas mon affaire, avant cela, on citait à tort le conseiller autour de moi qui aurait menacé ou influencé, je n’ai rien vu de tel, je ne préfère pas me mouiller dans ces affaires-là» a recadré le Président de la République.

Après l’échec des confessions religieuses de se mettre d’accord autour du successeur de Corneille Nangaa, la question demeure au point mort, conclut la consœur.

Quant au Forum des As, il a accordé une interview à Jules Alingete: «Nous avons l’opportunité d’avoir un chef de l’Etat qui nous laisse les mains libres. C’est sous le mandat de Félix Tshisekedi que la Justice commence à envoyer des ministres, des ADG… en prison », se réjouit l’Inspecteur général des finances, Chef de service.

Propulsé à la tête de l’Inspection Générale de Finances (IGF) en 2020, Jules Alingete fait trembler. Lancé aux trousses des mandataires publics aux présumés indélicats, il suscite la terreur du fait que nombre de ses cibles sont vite poursuivies par la Justice et envoyées en prison, dans l’attente d’un procès. D’autres, s’estimant traqués à tort, prennent le chemin de l’exil. Au regard de ce tableau, l’on s’interroge : Jules Alingete est-il instrumentalisé par le Pouvoir qui lui a donné plein pouvoir ?  Pourquoi s’acharne-t-il seulement sur le camp des opposants au régime ? Qu’est-ce qui explique le fait que l’IGF, qu’il dirige, ne s’implique pas dans la récupération des fonds supposés détournés ? C’est à cette série de questions qu’il répond à Paul Diakese, Directeur adjoint de la presse présidentielle.