Sénat : imminent dialogue de haut niveau entre gouvernement et Unesco autour de la gratuité de l’enseignement de base

0
190

Kinshasa, 28 septembre 2021 (ACP).- Le Président du sénat, Modeste Bahati Lukwebo, a reçu en audience, mardi, le représentant pays de l’UNESCO en Rdc, Jean-Pierre Ilboudo, venu l’informer de la tenue en novembre prochain à Kinshasa, d’un dialogue de haut niveau entre le gouvernement congolais et cette agence des Nations unies, autour de la gratuité de l’éducation en Rdc.

Au sortir de la rencontre, l’hôte de Modeste Bahati a plaidé auprès de ce dernier pour un budget conséquent de l’éducation en Rdc, avant de louer la mise en application de la Constitution sur la gratuité à l’enseignement de  base par le chef de l’Etat Félix Antoine Tshisekedi TSHILOMBO.

Ces assises seront une occasion pour l’UNESCO de sensibiliser les députés et sénateurs, autorités budgétaires à voter un budget conséquent en faveur de l’éducation nationale en vue d’une bonne mise en œuvre de la gratuité de l’enseignement de base qui nécessite plus de moyens pour un enseignement de qualité, a déclaré Ilboudo. «  Nous sommes venus rappeler au président du sénat les engagements de la Madame la Directrice générale de l’Unesco, Audrey Azoulay, engagements qu’elle a eu à prendre le 15 octobre 2020, lorsqu’elle était en visite officielle en RDC. Elle a eu une audience avec le Président de la République. Elle s’est engagée pour appuyer la gratuité au niveau de l’enseignement de base. Ces engagements portent sur la planification de la gratuité sur cinq ans qu’il faut renouveler chaque fois car on a des balises qu’il faut piloter cette gratuité avec des données macroéconomiques d’une part mais surtout avec les statistiques scolaires car nous produisons au niveau de l’Unesco des cartes scolaires et des statistiques qui peuvent nous permettre de savoir quels sont les problèmes que l’enseignement rencontre surtout au niveau du primaire, de l’enseignement supérieur et des universités. Au niveau également de l’enseignement professionnels et des métiers et de l’alphabétisation qui est géré par le ministère des Affaires sociales. Alors, ces engagements doivent faire l’objet d’un dialogue de haut niveau que nous souhaiterions organiser avec tous les sénateurs et les députés pour discuter des questions liées à la gratuité. Vous savez qu’il y a même des réticences de familles et des écoles conventionnées. Nous cherchons surtout à faire en sorte que les parlementaires soient sensibilisés sur les moyens qu’il fait pour cette gratuité parce que ça demande beaucoup de moyens. Nous avons un problème d’accès, il y a des classes où il y a jusqu’à cent élevés. Il faudrait peut-être qu’on construise des classes mais surement le problème de la qualité. Et là c’est le deuxième engagement de Mme la directrice générale, la formation des enseignants, formation initiale des nouvelles unités mais également la formation continue de ceux qui sont déjà dans le système en utilisant aussi les potentialités qu’offre la nouvelle technologie de l’information et de la communication. Voilà ce que nous somme venus dire au président du sénat, lui dire également que sur la question de la réticence, nous sommes en train de développer une nouvelle stratégie de communication qui permettront aux familles de comprendre ce que c’est la gratuité mais aussi des enjeux et défis qu’il fait discuter. Également nous pensons aussi qu’il faut organiser une sorte de levée de fonds avec des champions économiques du secteur privé qui voudraient donc contribuer pour que la gratuité puisse aboutir », a laissé entendre Ilboudo.

Modeste BAHATI LUKWEBO a encouragé l’initiative avant d’exprimer le soutien de son institution à cette démarche qui va dans le sens de la vision du Chef de l’Etat qui veut que chaque enfant congolais ait accès à un enseignement de qualité.

Ballet diplomatique au sénat

Par ailleurs, le speaker de la haute chambre du parlement congolais a eu des échanges avec les ambassadeurs de la Tanzani PAUL IGNACE MELLA et JANES MBAHIMBA de l’Ouganda en RDC.

La diplomatie parlementaire a constitué l’essentiel des discussions entres ces hommes d’États. Il faut souligner que l’Ouganda et la Tanzanie entretiennent des bonnes relations avec la RDC. ACP/CL