La 2ème édition du Forum « Nkelo bantu » prône la promotion du leadership transformationnel en RDC

0
444

Kinshasa, 03 octobre 2021 (ACP).- Les travaux de la deuxième édition du Forum sur le capital humain  dénommé « Nkelo Bantu » organisé du 30 septembre au 2 octobre prochain, par la société du domaine de la sous-traitance « SODEICO » avec le concours de la Présidence de la République a fermé ses portes samedi, à Pullman hôtel dans la commune de Gombe, avec entre autres recommandations des participants, la promotion du leadership transformationnel en RDC, notamment dans le secteur de l’emploi.

Dans son mot de clôture de cette manifestation, la cheffe de projet « Nkelo bantu », Hatton Mianda a, au nom de l’équipe de la société SODEICO, exprimé sa gratitude à tous  les acteurs  du secteur de l’emploi,  qui ont mobilisé les efforts pour le bon déroulement de ces assises placées sous le thème « Leadership transformationnel ».

Selon elle, ce forum a été envisagé comme un espace de discutions permettant d’aboutir à des résolutions et actions concrètes de nature à favoriser le développement du capital humain en RDC.

Elle s’est en outre  félicitée de l’aboutissement de cette deuxième édition de « Nklo bantu »  dont l’objectif   était de retenir l’attention des décideurs à savoir : les pouvoirs publics, les responsables d’entreprises, pour partager leurs expériences.

Un renforcement des capacités réussi

En outre, Mdme Hatton, a affirmé que ce forum a  également enregistré une réussite, dans le volet formation, dans la mesure où, elle a permis le renforcement des capacités des panelistes, pour leur permettre d’élargir leurs champs d’actions, non seulement avec les décideurs mais aussi ceux qui aspirent devenir  un jour de décideurs ».

« Ainsi, les employeurs et employés peuvent s’attendre à une continuité, c’est-à-dire, plus des cadres de dialogue, plus d’échanges, plus d’accompagnements surtout pour les entrepreneurs  et les jeunes. Et les décideurs doivent recevoir les feedback de leurs consommateurs, clients, qui constituent leur première source de revenu » a-t-elle fait savoir.

L’éducation de la jeune fille soutenue

Par ailleurs, le directeur général de l’entreprise de communication Vodacom, Congo, Kalil, a pour sa part, évoqué la nécessité pour l’Etat d’instaurer une politique éducationnelle,  qui  favorise l’accès massif des jeunes filles  à l’éducation et qui les propulsent à des niveaux supérieurs. Ceci, a-t-il soutenu, afin de favoriser leur émancipation scientifique et technologique.

«Nous perdons l’opportunité de 50% de cerveaux dans notre société, tant que nos filles n’ont pas les mêmes niveaux que les garçons », a-t-il dit.

Rappelons que la première édition desdits assises  à eu lieu au même endroit en 2020.

ACP/