Les femmes exhortées à dénoncer les cas de violence  conjugale

0
109

Kinshasa, 04 octobre 2021 (ACP).- La présidente de l’ONG Impératif développement durable (IDD), Bertine Diangana a, au cours d’un entretien lundi avec l’ACP, exhorté les femmes congolaises à dénoncer les cas de violence conjugale et domestique dont sont souvent victimes les femmes et les enfants.

Mme Diangana qui s’exprimait dans le cadre de la commémoration de la journée internationale de la non-violence célébrée le 02 octobre de chaque année, a relevé que dans le domaine de la lutte contre les violences domestiques, beaucoup reste à faire en République démocratique du Congo(RDC)  étant donné que les chaines de télévision et les réseaux sociaux diffusent à longueur des journées des scènes de violence.

Pour cette activiste de droit de l’homme, la journée du 02 octobre devrait interpeller toute la communauté et pousser celle-ci à plus d’efforts pour éradiquer les différentes formes des violences.

La lutte, a-t-elle indiqué, doit nécessairement passer  par l’éducation, d’abord en famille, milieu par excellence pour maintenir le dialogue entre parents et enfants et ensuite se poursuivre à l’école par l’apprentissage de la non-violence et de la tolérance.

Fustigeant les inégalités sociales qui contribuent à la recrudescence de la violence sous toutes ses formes, Mme Diangana a émis le vœu de voir le gouvernement renforcer  les capacités des services de sécurité  par des formations, par la dotation d’équipements adaptés susceptibles de mettre un terme à la violence.

Tout en saluant le travail que les ONG des droits de l’homme abattent dans la dénonciation des cas de violence et dans l’apport de l’assistance aux victimes, l’oratrice  a enfin recommandé aux femmes de s’imprégner des textes juridiques relatifs à leur protection, à la rechercher d’aide et à savoir porter plainte. ACP/Kayu/RN/MNI/SGB