Les femmes leaders de Lubumbashi appelées à lutter contre le VIH/SIDA

0
97

Lubumbashi, 16 Octobre 2021 (ACP).- Les femmes leaders de Lubumbashi ont été appelées à  lutter contre le VIH /SIDA, à travers les sensibilisations  de leurs bases respectives sur l’autonomisation financière, le dépistage et l’usage des préservatifs.

Cet appel a été lancé par le vice-gouverneur de la province du Haut-Katanga, Kamfwa Kimimba, à l’ouverture de l’atelier de réflexion organisé par le programme national multisectoriel de lutte contre   le VIH/ SIDA, en collaboration avec l’ONU SIDA, l’UNFPA, l’ONU femmes et Equity-BCDC, au chapiteau du Pullman Karavia à Lubumbashi.

Cet atelier est placé  sous le thème :  » l’autonomisation des filles et femmes pour mettre fin aux inégalités et au VIH/ SIDA dans le Haut-Katanga ».

Kamfwa Kimimba a, à cette occasion, rendu hommage au président de la République, Félix Antoine Tshisekedi pour sa vision de développement, mettant le peuple au centre de sa politique sociale, véhiculé sous le vocable le peuple d’abord. Il a félicité les organisateurs de cet atelier et les rassuré de son accompagnement dans la réalisation des objectifs.

Dans son adresse, la ministre provinciale du genre Femme famille et enfant, Mme Léopoldine Salila Konde a indiqué que cet atelier a pour mission de contribuer à l’émergence du leadership féminin, pour éliminer les inégalités et mettre fin au VIH/SIDA et  aux violences basées sur le genre.

Bannir la discrimination à l’égard des personnes infectées du VIH/SIDA

Le directeur national du Programme national multisectoriel de lutte contre le VIH/SIDA (PNMLS), Aimé Mboyo Nkoso a, au cours de cet atelier, invité la population de Lubumbashi à bannir la discrimination et la stigmatisation à l’égard des personnes infectées du VIH/SIDA, en vue de leur permettre à mieux vivre dans la société.

Il a fait savoir que la tenue de cet atelier coïncide avec la journée internationale de femmes rurales. A cet effet, il a saisi l’occasion pour rendre hommage aux femmes congolaises en général et celles qui travaillent durement pour développer les villages et les communautés en particulier.

Pour sa part la directrice Pays ONU SIDA, Susan Kasedde a montré que le but poursuivi par le programme de lutte contre le VIH /SIDA est de mettre fin à ce virus, pour qu’il ne soit plus une menace de la santé publique d’ici 2030. Elle a montré que pour atteindre cet objectif, l’ONU SIDA va mobiliser les différents partenaires financiers afin d’appuyer le PNMLS, les acteurs de la société civile dans le domaine de renforcement des capacités, en vue de mieux faire les plaidoyers.

Nécessité de sensibiliser la jeune fille sur la lutte contre le VIH/ SIDA

 La secrétaire exécutive provinciale du programme de lutte contre le VIH /SIDA, la docteure Eléonore Ilunga a souligné la nécessité de sensibiliser la jeune fille sur la lutte contre le VIH/SIDA, via des formations organisées dans les milieux ruraux et urbains.

Elle a fait savoir que le rapport du PNMLS, mené en 2020 dans le Haut-Katanga, indique que parmi les personnes atteintes du VIH/ SIDA, 60% sont des femmes.

A ce sujet elle a invité les femmes à veiller à l’éducation de la jeune fille, lui fournir des informations efficaces sur les Droits de la femme.

Après un débat sur l’employabilité féminine, les participants ont soulevé, que les us et coutumes africains, les préjugés ainsi que la masculinité négative freinent l’émancipation de la femme.

Ils ont demandé à toute femme ambitieuse d’être tenace dans la réalisation de ses objectifs visés.

ACP/Zng/Cfm/LYS/TKM