Organisation à Lubumbashi d’une tribune d’expression populaire sur la redevance minière dans le Haut-Katanga

0
153

Lubumbashi, 16 octobre 2021(ACP).- L’action pour le développement et la gestion des ressources naturelles (ADGRN), en collaboration avec la Fondation Hanns Seidel (FHS), a organisé vendredi dans la salle Wantashi de la mairie de Lubumbashi, une tribune d’expression populaire sous le thème : « La redevance minière dans le Haut-Katanga, enjeux et défis».

Le coordonnateur intérimaire de la Plateforme des organisations de la société civile intervenant dans le secteur minier (POM), Me Élie Kadima a parlé des défis de gestion de la redevance minière notamment la surfacturation des ouvrages, l’inexistence ou le manque d’actualiser le plan du développement local, l’existence des écarts entre les montants attendu et montant perçu, et les pratiques illégales par les Entités Territoriales Décentralisés (ETD) de la province du Haut-Katanga.

Me Elie Kadima a souligné la nécessité de former les animateurs des ETD pour une bonne gestion de la redevance minière octroyée par les entreprises.

Il a également demandé au gouvernement provincial, aux responsables des ETD et à la population de s’impliquer, chacun en ce qui le concerne, pour améliorer la gestion de la gouvernance minière.

De son côté, le coordonnateur général de la Plateforme des Organisations de la société civile œuvrant dans la Décentralisation et les Finances Publiques (PODEFIP), Jean-Luc Kayoko a expliqué le fondement et l’importance de la redevance minière.

Il a fait savoir que la redevance minière provient de la décentralisation dont l’objectif est de promouvoir le développement des bases.

Pour sa part, M. Boniface Nyembo du centre Carter a donné les changements apportés par le code minier de mars 2018 et les dispositions du code minier de 2002 sur la redevance minière.

Il a indiqué que le code minier révisé a apporté des innovations et a permis aux ETD d’avoir beaucoup d’argent.

Implication de la société civile

Les participants ont sollicité l’implication de la société civile qui représente la population ou les communautés impactées par l’exploitation minière des entreprises afin de relever les défis liés à la redevance minière dans le Haut-Katanga.

Ils ont également souligné la nécessité d’encadrer les organisations de la société civile pour mieux appuyez où soutenir les actions du développement durable.

A cette occasion, plusieurs recommandations ont été faites notamment, l’organisation des élections locales, nomination des représentants de la population dans les ETD, la représentation des ETD auprès des entreprises minières, installation de la cellule de passation des marchés publics dans les ETD, poursuite judiciaire des responsables des ETD qui utilisent illégalement la redevance minière octroyée.

Les panelistes ont demandé à la population et aux responsables des ETD de s’unir pour agir dans le respect des textes légaux afin de changer les attitudes. Car, selon eux, la peur, le tribalisme et régionalisme sont les antivaleurs qui freinent le développement du pays. « Le droit n’est droit que quand on le réclame » ont-ils conclu.

Les représentants des entreprises minières, les responsables des ETD, les membres des organisations de la société civile et les jeunes parlementaire ont pris part à cette tribune d’expression populaire. ACP/Zng/Cfm/Tkm/Lys