« L’improvisation pianistique » au menu des concerts d’ouverture de la 1ère édition du  Festival Piano de Kinshasa

0
103

Kinshasa, 24 Octobre 2021 (ACP).- Le comité d’organisation de la première édition du Festival Piano de Kinshasa ont démarré samedi sa phase de production musicale consacrée à  l’improvisation pianistique, à travers deux  concerts qui se sont déroulés successivement à l’espace Luputa, dans la commune de Bandalungwa  et à l’Académie des beaux arts de Kinshasa (ABA).

En présence d’un public constitué des artistes-musiciens, des chercheurs  du domaine de l’art et des chroniqueurs culturelles et des étudiants, les prestataires ont exhibé, pendant une période d’environ 1heure et demie, leurs talents, avec en toile de fond, la présentation du piano comme instrument de divertissement et de socialisation des communautés.

A la place Luputa, le public a assisté à la prestation du pianiste Dev Nation, qui proposé une série des mélodies, tirés des styles  habituels  du milieu musical  africain, à l’instar de la rumba et du jazz.

Se confiant à l’ACP, cet artiste-musicien angolais d’origine portugaise, a affirmé que le piano  occupe une place de choix, dans le domaine de musical africain, particulièrement en RDC où il a découvert de nombreuses techniques  auprès des praticiens congolais.

A l’Académie des beaux arts de Kinshasa (ABA), le public a été marqué par la prestation du pianiste David Shongo, directeur artistique  du projet, qui est intervenu après l’enlevée de rideau par  son collègue Bouton Likembe.

Au cours de cette soirée musicale, la coordonnatrice du festival, Julie Grimoud a rappelé  le mobile de cet événement, celui d’ouvrir un couloir entre le continent européen et africain, e vue de développer une sorte de  dialogue, du reste déjà au point avec d’autres initiatives  telles que Kontempo, Yango, etc.Ceci dans la vision de mettre en place un espace de création musicale structuré et durable  par les artistes pianistes et pour eux, a-t-elle précisé.

De son côté , le directeur artistique  du projet , le pianiste, David Shongo a rappelé qu’il s’agit au cour de cette édition, de décloisonner le piano en tant qu’instrument hiérarchisé , qui dans l’imaginaire collectif est présenté dans les lieux appropriés tels que : les salles de musique classique ,les opéras, etc  pour le présenter et le trouver une place à Kinshasa, afin de voir comment il va interagir avec le public kinois dans les salles conventionnelles, les terrasses, les Ngandas, etc.

Par ailleurs , la directrice de Goethe Institut, Astrid Matron s’est dit enthousiasmée d’accompagner le festival Piano de Kinshasa, en soulevant que cet événement ne met pas en exergue le piano comme un instrument qui traditionnellement est  réputé élitiste et bourgeois, mais l’etudie plutôt dans toutes ses variations en l’assimilant  avec d’autres instruments purement Africains afin de donner des résultats innovants. ACP/C.L/Awa