Justicia Asbl dénonce la spoliation des parcs Upemba et Kundelungu

0
341

Kinshasa, 25 octobre 2021 (ACP).- Le président de Justicia Asbl, Me Timothée Mbuya a dénoncé, samedi, la spoliation des parcs Upemba et Kundelungu situés respectivement dans les provinces du Haut-Katanga, du Haut-Lomami et Lualaba.

Il l’a dit samedi au cours d’un point de presse à Kinshasa dans le cadre de la publication du rapport, dont les recherches ont été menées durant six mois, portant sur  »la spoliation des parcs Upemba et Kundelungu : graves risques de la perte des espèces animales et violation des droits environnementaux’’. Ces parcs, a-t-il souligné, sont protégés par les lois du pays et tout citoyen a le devoir de veiller à leur protection.

Ce point de presse, a-t-il dit, est une alerte lancée aux autorités de la RDC pour de bonnes décisions concernant ces patrimoines de la République. Cette alerte constitue également un plaidoyer auprès du Président de la République pour l’arrêt de toutes les activités constituant une menace pour la biodiversité dans cette région.

Me Mbuya a, à cet effet, recommandé au gouvernement de développer une économie durable fondée sur le tourisme et les autres alternatives économiques existantes provenant des services ecosystemiques conservés dans les aires protégées.

D’autres plaidoyers ont été menés auprès de l’Assemblée nationale, de l’Agence congolaise de lutte contre la corruption, des procureurs généraux du Haut-Katanga, du Haut-Lomami et du Lualaba, des responsables de l’ICCN, des organismes de la société civile, ainsi que des partenaires nationaux et internationaux de ce secteur.

A cet occasion, il a rappelé le vœux du Président de la République, Félix Antoine Tshisekedi Tshilombo, lors de  »One Planet summit’’ en Janvier 2021 à Paris, de créer une Agence congolaise de transition écologique et du développement durable afin d’atteindre l’objectif  fixé dans la stratégie nationale de conservation de la biodiversité de la RDC depuis 2012, notamment passer de 14% des aires protégées à 17 % sur le territoire national.

Me Mbuya se plaint de la perte de l’habitat et de la biodiversité qui continue et qui se traduit, dans le contexte des parcs de l’Upemba et Kundelungu, par plusieurs cas de spoliation des aires protégées avec pour conséquence la mise en œuvre des activités interdites d’après les conventions et les lois se rapportant à la protection des aires protégées.

 En ce qui concerne le Parc de Kundelungu, il a révélé le fait que ce parc fait face à plusieurs incursions de la part des populations environnantes, notamment les activités agricoles, le braconnage et autres. Il a ajouté qu’une partie de ce parc est occupée par une ferme qui a dépassé ses limites.

Par ailleurs, au Parc environnemental de l’Upemba, a-t-il dit, une centrale hydroélectrique y a été érigée et présente une menace pour certaines espèces aquatiques.  »Nous soutenons la construction de la centrale hydroélectrique si et seulement si elle se fait en dehors du parc. Nous demandons aussi que les investisseurs se conforment aux lois et règlements du pays », a-t-il déclaré. ACP/Kayu/RN/OB/FMB/NKV/JFM/SGB/NMM/MMC