Une mission des LMC à Nairobi et à Dar Es Salaam pour la stabilisation de nouvelles routes maritimes

0
130

Kinshasa, 26 octobre 2021 (ACP).- Le président du conseil d’administration des Lignes maritimes congolaises (LMC), Lambert Mende Omalanga, a regagné Kinshasa mardi en provenance de Dar Es Salaam, en Tanzanie via Addis-Abeba, au terme d’une mission d’ouverture et de stabilisation de nouvelles routes maritimes.

Lambert Mende Omalanga a fait savoir, dans une interview accordée l’ACP à l’aéroport international de Ndjili, que la mission de la délégation qu’il conduisait consistait à échanger avec les autorités tanzaniennes et éthiopiennes, la RDC se préparant à acquérir ses propres navires pour relancer les LMC en lui revêtant de sa robe d’antan, a-t-il fait remarquer.

La mission s’est rendue à Nairobi et à Dar Es Salaam, du fait que le Kenya et la Tanzanie entretiennent les ports de Mombasa et de Dar Es Salaam qui sont les deux grandes portes d’entrée des produits et des marchandises en provenance et à destination de la RDC.

Les ports de transit de l’Est ciblés

« Cet objectif est le résultat d’une détermination du gouvernement, et du Président de la République Félix Antoine Tshisekedi, de donner à la RDC son rayonnement à travers les océans », a souligné M. Lambert Mende qui était accompagné du directeur général de cette entreprise publique, Cédric Tshizainga Kapomba,

Selon ce dernier, la RDC, dans un passé récent, n’était desservie que par la côte ouest du pays, précisément par les ports de Boma et de Matadi, dans la province du Kongo Central, , alors qu’une grande partie du pays est prise en charge par les ports de transit localisés dans les pays frères, le long de la côte Est, sur l’océan Indien. « Au Kenya et en Tanzanie, la délégation congolaise a été écoutée avec beaucoup de sympathie par les partenaires, les autorités gouvernementale, portuaire et par les hommes d’affaires qui s’étaient déclarés disposer à coopérer avec les LMC dans le lancement de ces programmes visant à rendre fluide le trafic des marchandises et des produits en provenance et à destination de la RDC par ces ports de transit », a souligné Lambert Mende.

Les contacts ont été fructueux, étant donné que la RDC est le pays le plus peuplé de la région et doté d’un espace qui permet le plus grand flux avec ses 80 à 100 millions de consommateurs, représentant ainsi « un marché que personne ne peut négliger en Afrique de l’est », a conclu le PCA.  ACP/