Le niveau de mobilisation des recettes domestiques, parmi les réalisations du gouvernement des warriors, selon le ministre des Finances

0
153

Kinshasa, 27 octobre 2021 (ACP).- Le ministre des Finances Nicolas Kazadi a indiqué que le niveau de mobilisation des recettes domestiques, se trouve parmi les réalisations du gouvernement des warriors, a appris l’ACP mercredi dudit ministère.

Le ministre Kazadi l’a fait savoir dans son intervention mardi à l’ouverture de l’atelier de restitution de la mission du FMI sur la première revue du programme économique du gouvernement soutenu par la facilité élargie de crédit (FEC).

Il a laissé entendre, à cet effet, que la mobilisation accrue des recettes n’est pas un motif de fierté pour le gouvernement ni de se frotter les mains et croiser les bras, mais une occasion de prendre conscience de l’ampleur des défis à relever.

Il a cité, entre autres, l’impératif de doubler les efforts de mobilisation de l’impôt afin de rejoindre la moyenne africaine en vue de maintenir la stabilité macroéconomique dans un contexte marqué par des risques politiques et sécuritaires importants. Cette même période est aussi caractérisée par une demande sociale aussi pressante et légitime face à des moyens toujours limités.

Il a tenu à préciser que la conclusion de ce programme en juillet 2021 avec le FMI est consécutive à la faveur de l’alternance démocratique intervenue en 2018 caractérisée par une impulsion nouvelle imprimée par le Président de la République, Félix-Antoine Tshisekedi Tshilombo.

Conclu dans un contexte qui continue à être marqué, tant au niveau national qu’international, par la prévalence de la pandémie à Covid-19, ayant impacté négativement l’activité économique et la viabilité budgétaire de nombreux pays, la République Démocratique du Congo n’y a pas échappé bien qu’elle ait fait preuve d’une grande résilience.

La détermination du gouvernement des warriors

 Par ailleurs, le ministre des Finances a soutenu que le gouvernement doit parvenir à achever complètement ce programme triennal avec le Fonds monétaire international (FMI) afin de marquer l’histoire de la relation entre cette institution multilatérale et la République démocratique du Congo.

Pour y parvenir, il a dit qu’il est prévu de principaux leviers d’actions, notamment la discipline ainsi que la coordination des politiques budgétaire et monétaire entre les trois signataires du mémorandum ou quatre, c’est à dire, le ministère du Budget, la Banque Centrale du Congo, le ministère des Finances sous l’œil vigilant du Premier Ministre.

Le ministre a laissé entendre que le gouvernement a mis en place, un cadre de concertation sous le label de la Troïka technique et politique qui est consacré au monitoring du programme.

Difficulté et faiblesse de l’application du programme économique

 Le ministre des Finances a, en outre, indiqué le programme économique avec le FMI connait une difficulté liée au manque des connaissances de son contenu et sa faiblesse d’appropriation par différents acteurs.

Celles-ci se manifestent parfois même au sein du gouvernement mais aussi de l’administration publique, entrainant ainsi des réticences et retards dans la réalisation des engagements convenus.

Il a, toutefois, relevé au cours de cette première revue du programme FEC de l’utilisation de l’allocation spéciale DTS, soit 1,5 milliard USD, mis à la disposition de la RDC dans le cadre du soutien à la relation post Covid décidé par le conseil d’administration du FMI.

Il fait savoir que si le principe d’utiliser 50% de cette allocation, à travers le budget, pour financer les projets d’investissements fait l’objet d’un consensus, les avis ne convergeaient pas quant à la cadence de cette utilisation ainsi que sur le dispositif institutionnel y afférent.

Le ministre a finalement affirmé qu’un accord a été trouvé pour une tranche initiale de 300 millions USD qui pourrait être complétée en fonction de la performance dans le décaissement en appui aux différents projets identifiés, et une liste des secteurs à financer a été élaborée.  ACP/Kayu/ODM/KJI/GGK/KMT/NMM